UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2010

ILE DE NANTES - ILE SEGUIN ,DEUX ILES SUR DEUX FLEUVES, TOUTE RESSEMBLANCE .......

 

 

Nantesimg_1194381887011.jpg


Un chapitre de l'histoire du projet urbain de l'île de Nantes se clôt. L'occasion pour Jean-Marc Ayrault (député-maire de Nantes, président de Nantes Métropole et président de la Samoa), Laurent Théry (directeur général de la Samoa) et Alexandre Chemetoff (architecte-urbaniste) de livrer leur point de vue sur le sujet.



SignaturesIMAGE_2010_04_09_4457157_380x214.jpg© Document Samoa
Signatures
Les signatures de Jean-Marc Ayrault (député-maire de Nantes, président de Nantes Métropole et président de la Société d'aménagement de la métropole ouest-atlantique), Alexandre Chemetoff (architecte-urbaniste) et Laurent Théry (directeur général de la Samoa), au bas d'un communiqué de presse daté d'avril 2010 au sujet du projet urbain île de Nantes.

Pour comprendre le sens du projet urbain de l'île de Nantes et sa genèse, il faut revenir au 3 juillet 1987, date de cessation de l'activité des chantiers navals. C'est là, sur le site de la Prairie au Duc, véritable cœur industriel et ouvrier de la cité, lieu de production de richesses, mais aussi lieu de vie, de savoirs, de joies et de souffrances, que les décideurs locaux se penchent sur l'avenir de ce lieu singulier de la ville.
La première décision politique de la nouvelle équipe municipale conduite par Jean-Marc Ayrault en 1989 est de refuser l'installation d'un "centre international des affaires" et de relever le défi : comment faire revivre ce quartier nantais après le traumatisme de la fermeture des chantiers navals, dans une dynamique et un renouveau, tout en respectant les traces et les vécus de cet héritage industriel ?
Une étude exploratoire est alors confiée aux architectes-urbanistes Dominique Perrault et François Grether en 1992 qui dessine les contours d'une véritable transformation urbaine affirmant en même temps l'unité de l'île de Nantes de Sainte-Anne à Beaulieu et la nécessité d'un projet ambitieux se déroulant sur plus de vingt ans.

En 1999, la Ville de Nantes qui souhaite disposer de propositions de schéma de composition des espaces publics et du paysage comme trace du projet urbain d'ensemble, lance une consultation sous la forme de marchés de définition "Ile de Nantes-Rives de Loire". Après la sélection de trois équipes menées par Bruno Fortier, Nicolas Michelin et Alexandre Chemetoff, c'est ce dernier qui est choisi au regard de la méthode qu'il propose en adoptant plus une démarche évolutive qu'un projet abouti, dont l'outil original est le "plan guide de l'île de Nantes".
Le contrat de maîtrise d'œuvre, d'une durée de neuf ans, est signé avec la Ville de Nantes en novembre 2000, et transféré à la Communauté urbaine de Nantes dès sa création le 1er janvier 2001. Celle-ci créée "la mission île de Nantes" pour piloter le projet ; Alexandre Chemetoff crée une structure dédiée, l'Atelier de l'île de Nantes.


Les trois premières années sont l'occasion d'initier le projet, de fabriquer des outils méthodologiques, de mettre en place le cadre opérationnel, dans une relation de travail qui dépasse largement l'habituelle répartition des rôles et des tâches entre maîtrise d'ouvrage et maîtrise d'œuvre. Chaque occasion, chaque initiative est saisie pour éprouver et amender la méthode et renforcer le projet. De la grande à la petite échelle, du détail au général, le projet se nourrit de ces allers et retours permanents entre site et programmes. Le plan guide est un outil évolutif, actualisé chaque trimestre, qui dessine les ambitions et détermine les contraintes du territoire. Il est un véritable outil de discussion pour la collectivité.

En 2003, afin de répondre à une exigence de lisibilité, de réactivité et de souplesse d'intervention, la Communauté urbaine crée la Société d'aménagement de la métropole ouest-atlantique (Samoa) société dédiée, - dirigée par Laurent Théry - pour coordonner l'ensemble des actions, organiser les partenariats nécessaires et accompagner tous les projets, qu'ils soient publics ou privés.

La rapidité et la qualité des signes concrets de la transformation du territoire en regard d'autres projets de taille et d'ambition équivalentes sont l'expression d'un succès dont il convient de se féliciter. Il suffit de se promener sur ce territoire pour prendre la mesure de sa métamorphose, de son appropriation par les habitants et les visiteurs aussi bien sur les quais, le site des anciens chantiers navals et ses fameuses Machines de l'île, que dans la multiplication des opérations de qualité, logements, bureaux ou équipements : grâce à une volonté politique affichée, la conduite par la Samoa et la maîtrise d'œuvre de l'Atelier de l'île de Nantes, le pari lancé par Jean-Marc Ayrault en 1992 est gagné.

Conscients du caractère exceptionnel et expérimental du projet, de sa résonnance nationale et internationale, la Communauté urbaine, la Samoa et l'Atelier de l'île de Nantes ont décidé de conclure cette période en affirmant l'originalité et le bien fondé de la métropole et leur fierté d'avoir partagé cette aventure.
La transformation de l'île de Nantes va continuer pendant encore plus d'une décennie, sur les nouveaux objectifs définis par la collectivité et qui représenteront une nouvelle ambition pour ce projet. C'est dans cette logique que la Samoa s'est engagée dans la démarche de désignation d'un nouveau maître d'œuvre du projet urbain qui apportera ses propres innovations.

Cet exemple méritait d'être porté a votre connaissance, pour information......Il faut du temps pour aboutir, gardons confiance en nos élus, ça avance.....

Les commentaires sont fermés.