UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2010

QUAND LES PEOPLE S'EN MÊLENT ÇA DONNE ÇA


fessee2parents.jpg

(dessin Ouest France)


L'actrice Claudia Cardinale, le prince Felipe de Bourbon, Mikhaïl Gorbatchev, la reine Silvia de Suède : ces personnalités ont signé une pétition initiée par le Conseil de l'Europe pour interdire l'usage des punitions corporelles à l'égard des enfants .( Mais est ce bien eux qui ont élévé leurs enfants ? ) À l'occasion du trentième anniversaire de leur abolition en Suède, le Conseil de l'Europe entend peser dans le débat par tous les moyens : spot télé, conférence, incitation à une « parentalité positive » et pétition de « people » sont au programme la semaine prochaine.

À bas les claques, fessées et même les petites tapes sur les mains encore prisées par de nombreuses familles, clament à l'unisson pédiatres et psychiatres depuis des années. Pour eux, ces gestes signent la faillite des parents. La violence physique n'est pas une réponse éducative, répètent-ils. S'il juge l'interdiction de la fessée inscrite dans la loi «stupide», le pédiatre Aldo Naouri rejoint Edwige Antier - députée UMP et auteur d'une récente et fameuse proposition de loi visant à l'interdire - pour considérer que les châtiments corporels sont « attentatoires à la dignité de l'enfant ». C'est le cas aux Etats Unis, on en connait les réultats !

Dans les familles, cette question oppose les générations (pas si sur , qunde le fils ou le fille deviennet parents.....leur point de vue change du tout au tout ) ou encore certaines belles-mères à leurs belles-filles. Pour les premières, « une petite claque remet les idées en place et n'a jamais tué personne » tandis que pour les secondes, une fessée « ne sert à rien, à part humilier l'enfant et soulager ses parents  ».

Politiques et médias ont ricané lors de la proposition d'Edwige Antier. « Des lois sur tout, partout, ça va bien », s'est agacé Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP. L'État a-t-il besoin de se mêler de sujets aussi intimes ? Pour Elda Moreno, au cabinet du secrétaire général du conseil de l'Europe, « le débat est particulièrement passionné en France et le sujet, ridiculisé  ».(N'exagérons pas madame)

 

mains 1221559205.jpg


Vingt pays sur quarante-sept au Conseil de l'Europe ont déjà banni les punitions physiques, rappelle-t-elle. Outre la Suède il y a trente ans, d'autres, comme la Grèce, l'Espagne, la Roumanie, l'ont fait plus récemment. Une dizaine encore s'y préparent. « Le vote d'une loi est d'autant plus inévitable, estime-t-elle, que la France a ratifié les conventions internationales des droits de l'enfant qui condamnent la violence à l'égard des mineurs. » (C'esy là le problème) L'objectif est d'inscrire cette interdiction dans le Code civil et non dans le Code pénal, de faire évoluer les mentalités et de promouvoir une éducation positive et non-violente. Les parents peuvent, par exemple, envoyer leur enfant « au coin » plutôt que de le frapper, argue-t-elle. Enfin, le fait de tolérer des punitions physiques rend difficile l'établissement d'une frontière avec les violences graves, dit-elle. Certains ne savent pas s'ils ont le droit d'intervenir lorsqu'ils voient des enfants recevoir des corrections violentes en pleine rue…

Enfin est-il normal de taper un enfant d'un an qui lance des objets par terre ou qui prend un bonbon dans un magasin alors qu'à cet âge, il ne comprend pas le concept de vol ?, interroge encore Elda Moreno. « En France, les politiques ne veulent pas prendre une mesure aussi impopulaire. Ils l'ont pourtant bien fait pour la cigarette dans les restaurants alors que la majorité des gens étaient contre. Aujourd'hui, ils sont pour ! Leur mentalité a évolué… ». La fessée déchaîne décidément les passions.

Encore un sujet qui nous concerne directement, donc à suivre....

(d'après lefig.fr)

 

papan qui fesse_20070427_apx_470_.jpg

Les commentaires sont fermés.