UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2010

GRENELLE 2 : UN CADRE LEGAL POUR REDUIRE LES POLLUTIONS LUMINEUSES

 

France IMAGE_2010_05_10_6230104_380x214.jpg

Dans le cadre du projet de loi portant engagement national pour l'environnement, l'Assemblée nationale a voté dans la nuit de vendredi à samedi, l'article 66 en faveur d'une réduction des "pollutions lumineuses".


Jusqu'alors, il l n'existait pas de cadre légal permettant de réglementer les installations d'éclairage. Pour le député Christophe Bouillon, "la pollution lumineuse représente un enjeu en matière de biodiversité, mais aussi en termes de sobriété énergétique : trop de lumière dans les villes - et même dans les villages, où l'étalement urbain a pour conséquence de faire pousser les résidences comme des champignons - constitue une menace pour certaines espèces, mais aussi une consommation d'énergie représentant un poste budgétaire important pour nombre de communes".
Selon l'Ademe, l'éclairage public en France représentait 70 kwh par an et par habitant en 1990 contre 94 kwh en 2007. La consommation en France serait deux fois plus importante en France qu'en Allemagne.

Christophe Bouillon regrette toutefois que ce texte ne soit pas plus strict au sujet de la limitation des enseignes lumineuses de publicité qui restent allumées parfois très tard dans la nuit. "Nous aurions aimé que les maires se voient confier un pouvoir réglementaire afin de limiter la pollution lumineuse d'origine commerciale" a-t-il déclaré lors du débat.


Hasard du calendrier, la Direction interdépatementale des routes Ile-de-France (Dirif) vient d'annoncer la suppression de l'éclairage sur 130 km d'autoroutes et de voies rapides en région parisienne
. Cette décision doit permettre de diminuer de 40 % les dépenses en électricité de la Direction des routes estimées à 3 millions d'euros. Pour ça oui ,mais n'y a t'il pas de plus des arrières pensées pour ne pas faciliter la vie et la vue ldes automobilistes comme le souhaitent les verts au Conseil Régional ?


La Dirif affirme également que l'arrêt de l'éclairage favorise la sécurité car les automobilistes ont alors tendance à conduire moins vite. Les gestionnaires du réseau routier francilien s'appuient sur l'expérience involontaire de l'A 15... privée de lumière depuis 2007 par des voleurs de cuivre. Devrait on leurs dire merci ?

(source Le Moniteur)

Les commentaires sont fermés.