UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2010

VOUS ETES : TINTIN à 40%, HADDOCK (le capitaine)à 60%..

 

3162d772-94e8-11df-8fb5-31ad97cdae50.jpg

(Le Figaro) - En 2010, on ne se réclame pas innocemment du jeune reporter d'Hergé ou de son complice. Voici pourquoi.

Un type au teint toujours frais, un peu donneur de leçons, sans tabac, ni alcool, ni gros mot à la bouche, goûtant au chant des petits oiseaux dans le parc de sa maison de campagne après avoir quitté une grande ville (trop polluée ? trop bruyante ? trop agressive ?), cela porte un nom au XXIe  siècle : c'est un bobo. Tintin est un enfant de Baden-Powell qui a fini sa carrière comme père-la-vertu. En 2010, Télérama aurait publié les planches de son nouvel album où il aurait combattu d'odieux marchands de sommeil, défendu les droits des sans-papiers et dénoncé le blocus de Gaza. À scruter de près ses ultimes aventures, l'évidence saute aux yeux : le fougueux jeune reporter prêt à se jeter naguère dans la gueule du loup soviétique ou du lion congolais n'est plus le même après être redescendu de la Lune et de l'Himalaya.

tintinactuel08_22012004.jpgChevalier flamboyant en croisade contre le Mal totalitaire
(Le Sceptre d'Ottokar, L'Affaire Tournesol), les francs-maçons (Les Cigares du pharaon) et les trafiquants de tout poil, Tintin a longtemps été hors de son temps, pétri de valeurs éternelles. Plutôt à droite - comme Hergé dans ses jeunes années -, invoquant Dieu plus souvent qu'à son tour durant ses missions (pardon : ses reportages) en Amérique ou en Afrique, n'accordant qu'une confiance limitée au beau sexe (surtout quand il porte les traits de la Castafiore), il aura effectué son coming out politique dans sa défense émérite de la monarchie syldave, qu'on croirait sortie d'un roman de Jean Raspail ou d'un conte de fées. En grandissant, quoique toujours avide d'aventures, il est devenu généreux et naïf. Libéral. De son temps. De gauche. New Age. Homme de progrès. Écolo et non violent (voir Picarosindex.jpgle casque «peace and love» qu'il arbore au début de Tintin et les Picaros, album largement inspiré par l'affaire Régis Debray).

Tout le contraire de Haddock, droit dans ses bottes de marin tradi jusqu'à son dernier souffle, qu'il a toujours eu court en raison de sa consommation de pipes ou de cigares. Sa première apparition intervient lors du neuvième volet des aventures de Tintin. Il est le capitaine ivre d'un bateau transportant de l'opium sans qu'il le sache. Tabac, alcool, drogue : une bien profane Trinité… En 2010, le vieux forban à la barbe fleurie et au nez de Cyrano aurait pioché dans les textes de feu Philippe Muray de quoi alimenter sa détestation d'un monde contemporain uniformisé où il faut chanter les louanges de la moindre expo d'art papou, manger maigre, boire du Coca Zero, applaudir la Gay Pride, admirer Yannick Noah et Gossip, plaider pour la relativité des cultures, adhérer aux thèses de son adversaire et surtout, surtout se garder de toute insulte ou injure sous peine d'amende, de procès ou de cul-de-basse-fosse. Pour son «bande de Canaques», Haddock aurait pris six mois ferme ; pour «Fatma de Prisunic» : vingt ans incompressibles ; pour «végétarien» : perpet'.

Pauvre Archibald, qui appartenait à une espèce presque disparue : les énergumènes qui prennent feu à la moindre étincelle. Leur colère relève de la poésie, leur joie de vivre est vociférante. «Ce qui est excessif est insignifiant» , prétendait Talleyrand, cet Alain Duhamel du XIX e  siècle. Insignifiant Léon Daudet ? Et Georges Bernanos ? Et Léon Bloy ? Et Céline ? De même qu'on peut légitimement préférer le généreux Obélix au calculateur Astérix, ce qu'on finit par aimer chez Tintin, c'est Haddock, qui le pousse à vivre, réagir, combattre, voyager, boire (en vain, certes). Oui, Tintin a mal vieilli sous le trait d'Hergé mais parce qu'il n'était pas destiné à grandir. Il est cette porte d'entrée ouverte en permanence sur le pays de notre enfance. Il ressemble à ce que tous les garçons de 15 ans rêvent de devenir : un héros. Un justicier. Un journaliste.

Une lecture ou une relecture, pourquoi pas ( si le temps est maussade par exemple mais pas seulement..."Le Temple du Soleil"convient tout aussi bien !)

Bonnes vacances et bonnes lectures , Tintin ou autres,  selon vos envies.

liste1592432166.jpg

Les commentaires sont fermés.