UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2010

LONDRES : DES VOIES RAPIDES POUR VELOS

 

Londres1266322740826-eim5zrf0o8sf-850-65.jpg

Boris Johnson, le maire de Londres (photo), a inauguré, ce lundi 19 juillet, les deux premiers itinéraires rapides pour vélos de la ville, baptisés « Barclays cycle superhighways ».


borisjohnES2709_415x275.jpgLa capitale anglaise souhaite retirer les voitures de son centre ville et y met les moyens. Après avoir instauré, en 2003, un péage urbain visant à substituer les autres modes de circulation à l'automobile, l'organisme public local responsable des transports en commun de la ville de Londres, « Transport For London », veut aujourd'hui, avec une mairie passée en 2008 dans le camp conservateur, faire traverser la ville d'itinéraires cyclables. En 2015, ces parcours devraient être au nombre de 12 et permettre ainsi, d'après le maire, aux londoniens des quartiers périphériques situés aux quatre coins de la ville de se rendre en vélo, « directement », « rapidement » et « en sécurité », vers le centre.
L'objectif annoncé de « Transport For London » et du maire est de multiplier, d'ici 2025, par quatre l'usage du vélo dans la capitale, par rapport au niveau atteint en 2000. Dans une ville étendue comme Londres dont la superficie est plus de 15 fois supérieure à Paris (1 579 km² contre105 km² ), dessiner des « voies cyclables rapides » est indispensable pour rendre le vélo attractif vis-à-vis des autres modes de transport.

En pratique, ces « voies rapides » pour vélos consistent principalement en des bandes bleues de 1,5 m de large, peintes sur la chaussée. Les véhicules motorisés ne doivent pas y circuler et elles sont accompagnées de deux lignes rouges qui permettent de prolonger le dessin des trajets des vélos aux intersections. Egalement, pour informer le cycliste de son itinéraire, des marquages au sol rappellent régulièrement sur lequel des 12 itinéraires il se trouve.
L'idée de bandes bleues n'est pas le fruit d'une réflexion londonienne. Elle est importée de Copenhague, ville où le vélo représente déjà plus de 30% des déplacements effectués.

AITY1266322740832-hswbbkbuctby-850-65.jpgCes « Barclays cycle superhighways » s'inscrivent dans une politique de développement du vélo à Londres qui s'accompagne d'une enveloppe financière de près de 120 millions de livres (environs 150 millions d'euros) pour les années 2010 et 2011. Cet argent servira aussi, par exemple, à financer l'implantation de nombreux parkings à vélos dans la ville, ou encore à encourager les entreprises à installer des douches pour leurs employés se rendant au travail en pédalant.

La différence entre Londres et Paris.....Ile France pour ne pas dire France, c'est que nos amis britanniques sont très respectueux des règles de circulation, en particulier arrêt au feux rouges,ne pas rouler sur les trottoirs pour ne parler que de celà, chez nous........no comment !

 

 

Retour à Paris avec un point politique : Le bilan de la session parlementaire



assemblee_nationale1.jpgLe ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement, a présenté une communication relative au bilan de la session parlementaire.

La session 2009-2010, entièrement régie par les nouvelles règles de procédure parlementaire issues de la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008, marque une importante revalorisation du Parlement. Députés et sénateurs, de la majorité comme de l’opposition, ont pleinement utilisé les droits nouveaux qui leur ont été reconnus. Ce sont ainsi vingt lois d’origine parlementaire qui ont été adoptées, soit une augmentation de 70 % par rapport à la session précédente.

Le Parlement a examiné et voté dans des délais exceptionnellement brefs les mesures de solidarité nécessaires entre Etats membres de la zone euro.

Il a poursuivi le programme des réformes structurelles avec la modernisation de la Poste, la réforme du crédit à la consommation, le Grand Paris, la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, la suppression de la taxe professionnelle ou encore la réforme des collectivités territoriales, dont l’examen n’est pas achevé.

Le législateur a également renforcé les moyens de lutter contre les violences de groupe et contre celles faites aux femmes et les dispositifs permettant de réduire les risques de récidive criminelle. La loi pénitentiaire doit permettre d’améliorer les conditions d’exécution des peines. Sont encore en cours d’examen la loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, la proposition de loi sur l’absentéisme scolaire et le projet loi de loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public.

La mise en œuvre de la révision constitutionnelle s’est poursuivie avec l’adoption des textes relatifs à la question prioritaire de constitutionnalité, au Conseil supérieur de la magistrature, au contrôle parlementaire des nominations et au Conseil économique, social et environnemental.

La session extraordinaire de juillet a permis d’achever l’examen de la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche, de la réforme des réseaux consulaires, ainsi que des textes relatifs à l’action extérieure de l’État et à la compétence de la Cour pénale internationale.

Cette première année de mise en œuvre de la révision constitutionnelle a montré que les méthodes du travail parlementaire se modifient en profondeur. Dans cette période d’adaptation, le Gouvernement et le Parlement ont su développer de nouvelles pratiques et de nouveaux réflexes, dans un esprit particulièrement constructif.

rendez vous à la "rentrée".....

Les commentaires sont fermés.