UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2010

RESISTANCE AU CHANGEMENT : UN EXEMPLE...GAP RECTIFIE SON CAP

 

464f90c4-d6ad-11df-8172-3b294f16e23f.jpg 

Le carré bleu (à gauche) restera finalement le logo de Gap. Le nouveau logo (à droite) n'aura vécu qu'une semaine.

La marque californienne, qui se redresse progressivement après plusieurs années de déclin, abandonne son nouveau logo après une semaine de protestations sur Internet.

C'est une leçon de démocratie économique à l'ère du Web 2.0. La marque de vêtements californienne Gap a annoncé, mardi, renoncer à son nouveau logo, introduit il y a moins d'une semaine, face à l'hostilité des réactions de consommateurs sur Internet. «Nous avons écouté et regardé tous les commentaires. Nous les avons entendus répéter encore et encore leur amour pour notre logo carré bleu et leur désir de le conserver. Nous avons donc pris cette décision toute simple: nous allons le réinstaller sur tous nos canaux de communication», a expliqué Marka Hansen, présidente de Gap Amérique du Nord.

Mardi dernier, la marque quadragénaire avait fièrement dévoilé son nouveau logo, «moderne, sexy, cool». Rapidement, les réactions se sont emballées sur Internet, décriant la banalité du nouveau graphisme. Évoquant pour les uns une société de services informatiques type SAP, pour d'autres, une «filiale low-cost» de compagnie aérienne. Sur Twitter, un faux compte GapLogo rassemblait plus de 5000 personnes. Un site Craplogo.me se moquait du nouveau design. Alerté, l'état-major de Gap décide alors de demander aux 725.000 membres de sa «fan page» sur Facebook leurs réactions et suggestions d'amélioration pour décider, il y a deux jours, de purement et simplement revenir en arrière.


«Nous avons compris que nous n'avons pas agi comme nous aurions dû, poursuit la patronne de Gap. Nous reconnaissons que nous avons raté une occasion d'échanger avec la communauté des internautes.» Le mea culpa tournerait presque au procès stalinien!

Ce sont pourtant seulement «un peu plus d'un millier» de commentaires sur Facebook qui ont fait réagir aussi radicalement une marque à près de 4 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Disproportionné, sachant que les consommateurs n'aiment généralement pas que la nouveauté bouscule leurs habitudes? «Je pense qu'ils sont en train de très bien gérer la crise, en prenant le parti d'écouter leurs clients, de leur dire: “La marque est autant la vôtre que la nôtre”, ce qui est très nouveau, et d'en profiter pour ouvrir un dialogue avec eux», estime Stanislas Magniant, directeur du département stratégies digitales de Publicis Consultants.

«La bonne nouvelle, c'est que leurs consommateurs sont très impliqués, souligne Leslie Gaines-Ross, de l'agence new-yorkaise Weber Shandwick. Ils revendiquent une autorité sur la façon dont leurs marques se présentent.» Un précédent avait eu lieu aux États-Unis, cette année, quand le fabricant de jus d'orange Tropicana avait abandonné un nouveau packaging critiqué par ses clients.

Mais cette démocratie virtuelle peut présenter des dangers. «Un nouveau logo répond a priori à une volonté stratégique, qui est un acte courageux. Faiblir sur sa capacité à définir les fondements de sa marque et de son produit montre plutôt une réaction de peur face aux consommateurs», estime Christophe Fillâtre, de l'agence de design Carré Noir. Dans le cas de Gap, c'est justement alors que la griffe se remet progressivement de plusieurs années de déclin que la décision de faire machine arrière a été prise.

 

congres_sante.jpgA BOULOGNE le 1er Congrès “Santé au coeur de la cité”

La ville de Boulogne-Billancourt ouvre ses portes au premier congrès dédié à la santé du citoyen du 20 au 24 octobre. Cet événement est organisé par la société boulonnaise Covos Baxon avec le soutien du docteur Frédéric Morand, conseiller municipal délégué à la santé. Le professeur Jean-Marie Le Parc, chef de service de rhumatologie de l’hôpital Ambroise Paré y témoignera de son expérience, de sa vision de la ville, de ses dangers mais aussi de ses potentialités.

 

Et un FILM a ne pas manquer, à voir absolument,

affiche-elle-s-appelait-sarah_jpg_500x630_q95.jpg

 

IMG_3188.JPG

Avec Kristin Scott Thomas, un film émouvant qui nous emporte ,un vrai bonheur

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.