UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2011

Doutes sur la sécurité des forages en eaux profondes...

 

 

Forage800px-Oil_platform_P-51_Brazil.jpg

 

 

Les doutes sur les procédures de sécurité et de prise de responsabilités pour les forages en eaux profondes s'accentuent, après des critiques exprimées par des organismes officiels des deux côtés de l'Atlantique.


 

Un rapport d’une commission parlementaire britannique sur l’énergie et le changement climatique, publié le 6 janvier, a révélé de sérieuses lacunes sur la gestion de catastrophes potentielles dans les forages en eaux profondes de la mer du Nord, au large des îles Shetland.

Les compagnies pétrolières forent déjà dans quatre champs des îles Shetland et des centaines de nouveaux forages sont prévus dans les prochaines années.

Aux Etats-Unis, un chapitre publié en avant-première du rapport de la commission nationale en matière de déversement d’hydrocarbures (National Oil Spill Commission) concernant le désastre du Golf du Mexique a fait part de critiques au sujet des mesures de sécurité en vigueur sur la plateforme pétrolière de Deepwater Horizon (une plate-forme pétrolière louée par la compagnie pétrolière BP pour forer dans le golfe du Mexique).

Délibérées ou non, les décisions relatives à la sécurité élaborées par BP, Halliburton et Transocean leur ont permis d’économiser du temps et de l’argent, selon le rapport. Le texte prétend également qu’en l’absence d’action corrective, un tel désastre pourrait se reproduire.

« Au vu des conséquences possibles, il n’est plus acceptable d’avoir recours à un système reposant sur un concours de circonstances où la bonne personne tomberait sur les bonnes données au bon moment et en comprendrait le sens malgré d’autres activités simultanées et diverses responsabilités de surveillance », peut-on lire dans ce chapitre.

"Sérieux doutes"

Bien que le parlement britannique se soit prononcé dans son rapport contre un moratoire sur le forage en eaux profondes en mer du Nord, le plus important gisement pétrolier aux larges des côtés européennes, il émet de « sérieux doutes » quant aux procédures de sécurité actuelles.

Il recommande également une extension du principe des « pollueurs payeurs » afin d'assurer que les contribuables ne payent pas pour de futures catastrophes.

Marlene Holzner, porte-parole du commissaire européen chargé de l'énergie, Günther Oettinger, a déclaré que l'UE était actuellement en train d'examiner les mêmes questions dans le cadre d'une consultation qui devrait aboutir à de nouvelles propositions législatives européennes.

« Nous aborderons toutes ces questions », a-t-elle affirmé. « Il s'agit de la responsabilité des entreprises, du moment où elles doivent payer, du montant et des circonstances, de la question des plans d'urgence et de leur capacité financière. Ce sont tous les thèmes que nous souhaitons aborder dans ce paquet et nous espérons qu'il sera finalisé avant la fin des vacances d'été ».

Dans un communiqué publié en octobre 2010, le commissaire à l'Energie a recommandé de n'accorder des licences pour de nouveaux forages que lorsque les compagnies pétrolières pouvaient présenter un plan d'urgence et des moyens financiers destinés à payer de potentiels dégâts environnementaux.

Il souhaite également que les plateformes pétrolières contrôlées par les autorités nationales soient inspectées par des experts indépendants et que les compagnies pétrolières soient responsables de la réparation des dégâts environnementaux dans une zone allant jusqu'à 200 miles nautiques de la côte à la suite d'un accident.

C'est là, un vrai problème

 

Les commentaires sont fermés.