UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2011

PESTICIDES , LA FRANCE CHAMPIONNE DES DÉROGATIONS ?

 

pesticides-21.jpgLes associations "PAN Europe" et "Générations futures" affirment que les Etats contournent les règles européennes pour autoriser la mise sur le marché de produits phytosanitaires. Les industriels rétorquent que tout a été fait « dans les règles ».

En 2010, la France a utilisé à 74 reprises une procédure européenne destinée à accorder une dérogation à des pesticides habituellement interdits. C’est ce qu’affirme un rapport publié par les ONG PAN Europe et Générations futures, mercredi 26 janvier. 

Pour ces deux associations, «certains Etats membres, pour satisfaire les demandes de certains industriels et syndicats agricoles, parviennent à contourner les règles». 

Elles accusent en fait certains pays européens de faire un usage abusif d’une possibilité laissée par une directive de 1991. L’article 8.4 de ce texte précise qu’un Etat membre peut autoriser, pour une période maximale de 120 jours, la mise sur le marché d’un pesticide «si cette mesure apparaît nécessaire à cause d'un danger imprévisible qui ne peut être maîtrisé par d'autres moyens». Cette possibilité est reprise dans le nouveau règlement, adopté en 2009, et qui s’appliquera à partir de juin.

Manque de transparence

Selon ce rapport, la France aurait utilisé cette dérogation à 74 reprises en 2010. Deuxième de ce classement, la Grèce y a eu recours 54 fois, le Portugal 31, l’Allemagne 24 et Chypre 18. 

Les années précédentes, Paris n’avait pas utilisé cette possibilité. «La France peut-elle avoir 0 cas en 2007, 2008 et 2009 et... soudainement faire face à 74 cas de danger imprévisible en 2010?», interroge le rapport. 

Les ONG dénoncent aussi un «manque de transparence» des procédures. «Les demandes de dérogations ne sont pas publiées» et sont décidées «dans le secret du comité permanent de la DG SANCO [direction générale de la santé et de la protection des consommaterus, à la Commission]», affirme le rapport.

Interventions rapides

Pour le directeur général de l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP), Jean-Charles Bocquet, ces dérogations ne sont en rien des détournements du droit européen. «La règlementation prévoit cette possibilité. Tout ce qui a été fait l’a été dans les règles», affirme-t-il. 

Dès lors, comment expliquer une telle inflation de cas en 2010? D’après M. Bocquet, l’interdiction de certains pesticides par le Grenelle de l’Environnement a entraîné un manque de produits dans certaines filières. «Ce sont des problèmes techniques très pointus sur quelques petites cultures, qui nécessitent des interventions rapides et sécurisées», ajoute-t-il. 

Par ailleurs, selon le directeur général de l’UIPP, qui regroupe une vingtaine de fabricants de pesticides, la France n’a commencé à notifier ses dérogations à la Commission européenne qu’en 2010. D'où une si grande différence entre les chiffres de 2010 et ceux de l'année précédente.

Les ONG, quant à elles, proposent de «vérifier toutes les dérogations accordées en 2010» par l’utilisation de cette procédure. En tout, les 27 ont eu recours à cette méthode à 321 reprises.

(sources Euractiv.fr)

 

Et à BOULOGNE : 

 


gershwin.jpgDepuis plus de vingt ans, José Montalvo et Dominique Hervieu portent le projet d’une danse jubilatoire et iconoclaste, aux images foisonnantes, qui disent le plaisir des corps en mouvement et l’éclat de leur mélange.
En 2008, ils créaient Good Morning Mr Gershwin, hommage au compositeur américain qui sut admirablement écrire pour la danse.
Dans cette nouvelle version adaptée au jeune public, José Montalvo et Dominique Hervieu puiseront librement dans la fabrique des danses et des images du Broadway des années 30, pour offrir un poème visuel fait de rêves et de fantaisies, en référence aux États-Unis du début du XXe siècle.
S’appuyant également sur la thématique principale de l’opéra Porgy & Bess, la ségrégation et la discrimination raciale seront évoquées au cours du spectacle, les grands moments historiques de l’émancipation des noirs jusqu’à aujourd’hui.

Mardi 1er février à 20h30. Carré Belle-Feuille, 60, rue de la Belle-Feuille
En famille à partir de 7 ans. Durée 50 mn, suivie d’une rencontre avec les artistes
Tarif C : plein tarif 21€, réduit 16,50€, moins de 26 ans 12€
Abonnement individuel 14,50€, abonnement groupe 12,50€, abonnement moins de 26 ans 9,50€
Réservation  sur place ou par téléphone au 01 55 18 54 00

 

 

 

Les commentaires sont fermés.