UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2011

"GRAND PARIS EXPRESS" EST EN GESTATION APRES UN ACCORD ETAT REGION

 

 

IMAGE_2011_01_26_13405050_310x170.jpg

 

 

Le ministre de la Ville, Maurice Leroy et le président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon ont présenté mercredi 26 janvier un protocole d'accord qualifié d'"historique" entre l'Etat et la région, sur le réseau de transports du Grand Paris. Cet accord prévoit 32,4 milliards d'euros d'investissements d'ici à 2025 dans les transports franciliens.

Il y avait Arc Express et le réseau du Grand Paris, il y a désormais "Grand Paris Express". Il y avait une guerre Etat-Région - notamment à l'époque de Christian Blanc - il y a désormais un ministre de la Ville (Maurice Leroy) qui "remercie Jean-Paul"(Huchon) et un président de la région Ile-de-France (Huchon donc) qui "remercie Maurice"(Leroy). 

Mercredi 26 janvier au ministère de la Ville un "accord historique" entre l'Etat et l'Ile-de-France a donc été présenté pour la réalisation de Grand Paris Express. Ce qui représente 32,4 milliards d'euros (1) d'investissements d'ici 2025 pour la modernisation des réseaux déjà existants (Nathalie Kosciusko-Morizet, présente lors de la conférence de presse, a d'ailleurs annoncé la mobilisation d'1,084 milliard d'euros pour les actions les plus urgentes entre 2010 et 2013) et la réalisation d'un métro automatique en rocade autour de Paris (voir carte), avec notamment la prolongation d'Eole à l'ouest, la désaturation de la ligne 13 par le prolongement de la ligne 14 et les opérations inscrites au Plan de mobilisation de la Région (rénovation des RER B, C et D).

Et les architectes ?

Selon le protocole, "les points d'accord portent sur la reprise des éléments convergents des projets Réseau du Grand Paris et Arc Express, permettant une desserte fine et équilibrée des territoires". Des territoires dont pourront s'occuper alors les architectes du Grand Paris  qui avaient été jusque-là (même s'ils s'en défendent) un peu laissés pour compte. "On n'était pas laissés pour compte, d'ailleurs, la question des transports figurait en troisième place de notre projet avec Jean Nouvel et Jean-Marie Duthilleul" explique l'urbaniste Michel Cantal-Dupart. "Et le projet reprend grand nombre de nos préconisations, notamment la question du maillage".
Pour Bertrand Lemoine, directeur de l'Atelier international du Grand Paris, "les transports mais surtout la question plus large de la mobilité étaient une porte d'entrée comme une autre pour nous. Nous considérons que nous avons permis un rapprochement des points de vue sur cette question. Prochaine étape : le logement et plus largement "habiter le Grand Paris", qui va véritablement nous concerner."

Il était temps...

Cet accord intervient donc à point nommé pour toutes les parties prenantes. Ce dénouement "heureux" (même si la question de la desserte du plateau de Saclay divise toujours) se produit en effet cinq jours avant la fin (31 janvier) des commissions nationales du débat public. Et Jean-Paul Huchon et Maurice Leroy ne s'en cachent pas, si un accord n'avait pas été trouvé cette semaine, il aurait fallu réorganiser une nouvelle commission, coûteuse en argent (on parle de 6 millions d'euros) comme en temps. "Je l'ai dit à Jean-Paul : si on ne signe pas vite tout est repoussé à après la présidentielle !", racontait après la conférence de presse Maurice Leroy. Visiblement "Jean-Paul" était d'accord avec "Maurice".

(sources LeMoniteur .fr)

Rappel de la réunion du 10 janvier, à Boulogne au cours de laquelle de nombreux boulonnais ont questionné les "chargés du dossier".....nous voyons que le projet avance, à suivre

 

Les commentaires sont fermés.