UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2011

TABLEAU D'HONNEUR DES TABLETTES/ARDOISES ....NUMERIQUES

 

 

motorola-xoom.jpg

 

 

Plus de quarante ardoises numériques vont être lancées cette année. Difficile de prévoir les recettes qui vont marcher. 

 

Impossible d'échapper à l'avalanche des tablettes numériques. L'an dernier, seule une poignée de constructeurs, parmi lesquels Samsung, Archos et Dell, avaient suivi Apple sur ce secteur. Cette année, c'est l'inflation: une quarantaine de modèles devraient être lancés dans les mois qui viennent ! Les cabinets d'analyse ont d'ailleurs du mal à évaluer l'ampleur du phénomène. Forrester et Deloitte parient sur des dizaines de millions de tablettes vendues dans le monde d'ici à trois ans alors que Gartner mise sur plus d'une centaine de millions. En attendant la sortie de l'iPad 2, qui sera sans doute présenté fin janvier, les modèles annoncés la semaine dernière illustrent bien les nouvelles tendances du domaine.

La déferlante Android  

À l'origine, le système Android de Google a été conçu pour les téléphones portables. Raison pour laquelle peu de constructeurs ont cherché à l'installer sur des tablettes numériques de grande taille. Changement d'orientation avec la nouvelle version d'Android, baptisée Honeycomb: elle a été développée spécifiquement pour les tablettes. Du coup, c'est la ruée. La majorité des produits présentés au CES de Las Vegas adoptent Honeycomb. L'avantage: le produit est gratuit, facile à personnaliser et bénéficie d'une riche bibliothèque de logiciels. Pour les utilisateurs, Android est simple et agréable à manipuler. La première tablette à exploiter la Honeycomb sera la Motorola Xoom. Elle sera aussi l'une des premières à communiquer en 4G, après une mise à jour prévue dans le courant de l'année. Équipée d'un écran de 10,1 pouces, elle échange ses données en Wi-Fi et sur les réseaux mobiles. Elle sera commercialisée dans quelques semaines par Verizon aux États-Unis.

 

LG suivra le mouvement dans les mois qui viennent avec sa tablette G-Slate à écran de 8,9 pouces,fc0f9e4e-2230-11e0-a9fb-9e58d26a5b6c.jpg qui fonctionne également sous Android Honeycomb. Elle sera d'abord commercialisée par ­T-Mobile aux États-Unis avant de débarquer en Europe. Asus a, pour sa part, présenté toute une gamme de tablettes sous Android Honeycomb qui sortiront entre avril et juin. La MeMo, avec écran de 7 pouces, est équipée d'un stylet et peut faire office de téléphone; la Transformer, avec écran de 10,1 pouces et deux webcams, peut recevoir un clavier optionnel et la Slider dispose d'un clavier coulissant. Comptez entre 399 et 799 €, selon le modèle.

Après une première incursion (discrète) dans le secteur, Toshiba va lancer au printemps une autre tablette, elle aussi bénéficiant de Honeycomb et équipée d'un écran de 10,1 pouces et de deux caméras, dont une de 5 mégapixels. Autre tablette Android Honeycomb avec connexion 4G, l'Iconis Tab A500 d'Acer avec écran de 10,1 pouces sortira en avril. Enfin, Dell lancera dans les semaines à venir une version plus musclée de sa tablette Streak: écran de 7 pouces, connexion 4G, deux objectifs (5 et 1,3 mégapixels) et processeur double cœur. Les premiers exemplaires seront équipés d'Android 2.2, mais une migration vers Honeycomb sera proposée plus tard.

L'alternative Windows  

 

Victime de ses choix technologiques et bousculé par Android, Microsoft a pris du retard dans le secteur des tablettes. L'éditeur entend tirer parti de Windows 7 pour reprendre la main. Déjà, des constructeurs comme Asus et Acer ont annoncé des tablettes Windows 7. L'Asus Eee Slate E121, disponible dans les jours qui viennent pour 999 dollars, offre un grand écran (12,1 pouces) et un processeur Intel Core i5. Mais, de l'avis des spécialistes, Windows 7 est moins bien adapté qu'Android aux tablettes numériques. Pour y remédier, Samsung a imaginé un modèle équipé d'un clavier coulissant, sorte d'hybride à mi-chemin entre l'ardoise électronique et le netbook. Le Sliding PC 7 dispose d'un écran de 10,1 pouces et de connexions Wi-Fi, 3G et Wimax. Propulsé par un processeur Intel Atom, il sortira en mars et sera vendu 699 dollars.

 

IDEA 2bc78cc8-2231-11e0-a9fb-9e58d26a5b6c.jpgPlus original, l'IdeaPad U1 de Lenovo se présente comme un PC fonctionnant avec Windows 7, mais son écran détachable de 10 pouces est en fait une tablette Android avec webcam de 2 mégapixels et connexion Wi-Fi et 3G. Prévu en mars, il sera vendu 1 340 dollars (ou 520 dollars pour la tablette seule). Lenovo proposera par ailleurs une tablette Windows 7, l'IdeaPad Slate.

Du costaud pour les pros  

 

Plébiscitées jusqu'ici pour les loisirs numériques, les tablettes numériques peuvent aussi trouver leur place auprès des professionnels. C'est en tout cas le credo de RIM, créateur du BlackBerry, dont la tablette Playbook est destinée à la fois au divertissement et à des usages professionnels. Équipée d'un écran de 7 pouces et compatible 4G, elle s'appuie sur un système propriétaire qui lui permet notamment de s'adapter à l'environnement du BlackBerry. Prévue début 2011, elle sortira plus tard et sera d'abord commercialisée aux États-Unis par l'opérateur Sprint. En France, c'est la société Airis qui souhaite convaincre les professionnels avec sa tablette Kira Slimpad, laquelle se présente comme une «tablette PC», équipée de Windows avec écran de 11,6 pouces, trois connecteurs USB et une capacité de stockage de 32 Go (569 €).

Les originaux  

 

En marge des tablettes «traditionnelles» (pour ainsi dire), quelques fabricants ont livré leur vision de l'ardoise électronique. Panasonic l'imagine comme un complément de ses téléviseurs. La Viera Tablet, qui sera disponible en plusieurs tailles (5, 7 et 10 pouces), sert à la fois de télécommande et d'écran d'appoint pour afficher sous un autre angle une scène diffusée sur le téléviseur. Elle peut aussi lire des vidéos en ligne et exécuter des applications. De son côté, Sharp s'appuie sur un système Linux pour sa tablette Galapagos, déjà en vente au Japon et disponible en deux tailles (5,5 et 10,8 pouces). Prévue pour le deuxième semestre aux États-Unis, elle permet de profiter de contenus culturels (livres numériques, musique, films, presse).

 

 

Enfin, NEC réinvente la Nintendo DS, mais pour les grands: une sorte de livret équipé de deuxNEC601e21a8-2231-11e0-a9fb-9e58d26a5b6c.jpg écrans de 7 pouces qui réagissent au doigt ou au stylet. Ce modèle fonctionnant avec Android sera proposé par des opérateurs et des sociétés qui souhaitent commercialiser une offre de service (lettres électroniques, gestion de stock, formulaires, etc.).

(source LeFigaro.fr)

Les commentaires sont fermés.