UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2011

LA DEFENSE A BALLARD UN MINISTERE EN POINTE A L'HORIZON

 

projet-balard-2015.jpg

 

Conçu par Jean-Michel Wilmotte et Nicolas Michelin, le futur ministère de la Défense, érigé sur le site de Balard, à Paris, bénéficiera d'une technologie de pointe.

La compétition pour le site de Balard, dans le XVe arrondissement, a été rude. Le projet qui doit regrouper, d'ici à fin 2014, la majeure partie de l'administration centrale du ministère de la Défense, soit 9300 personnes sur un site unique au lieu des quinze actuels, vient d'être gagné par le groupement conduit par Bouygues avec les architectes Jean-Michel Wilmotte et Nicolas Michelin. Celui-ci avait contre lui Eiffage avec Foster & Partners et Vinci Concessions, travaillant de pair avec Dominique Perrault. Le projet retenu réunit les avantages de l'offre financière la plus basse, d'une bonne adéquation financière et technique et de la meilleure qualité architecturale.


Composées d'une quinzaine de membres venant de la Défense ou du milieu de l'architecture, plusieurs commissions techniques ont passé au crible les projets, tous les trois avec des idées audacieuses, pour n'en sélectionner qu'un en fonction de multiples critères et sous-critères dont les contraintes techniques représentent 20%, le prix 35% et le geste architectural à peine 16%. L'enveloppe globale était volontairement imprécise pour ne pas influencer les candidats qui s'engagent à signer un contrat de partenariat sur trente ans, mais le coût d'investissement devait être de plus de 600 millions d'euros (hors taxes).

«Il ne s'agit pas de faire une belle œuvre qui se détériore dans le temps», précise Bruno Vieillefosse de la bruno6a00e008d663eb88340133f147e382970b-200wi.jpgDélégation pour le regroupement des états-majors et services centraux de la Défense (DRESD). C'est seulement à la signature du contrat de partenariat, le 30 avril, que les différents projets seront révélés au public. Le calendrier a été strictement respecté. L'avis d'appel public à la concurrence avait été lancé au niveau européen, le 2 juin 2009. Les candidats ont remis leurs copies successivement en novembre de la même année avant de déposer leurs offres finales en janvier dernier.

Les travaux commenceront en janvier 2012 et s'achèveront deux ans plus tard, à l'été. Ils engagent tous les intervenants au respect de principes environnementaux stricts. Tout le programme bénéficie d'une certification HQE (Haute qualité environnementale) et s'inscrit parfaitement dans le PLU.

Pour donner les meilleures chances de succès à cette réalisation, qui constitue l'une des plus grandes opérations d'aménagement urbain du mandat de Nicolas Sarkozy et doit bien évidemment s'insérer dans le Grand Paris, le ministère de la Défense s'est engagé dans une procédure de partenariat public privé (PPP). «C'était la seule solution envisageable, compte tenu de la complexité du projet et des délais très réduits pour le mener à bien, explique Bruno Vieillefosse. Cette méthode originale qui nous a permis de faire des critiques s'inspire très largement des concours internationaux d'architecture. Elle est moins coûteuse et moins incertaine.»

Véritable ville dans la ville

Ainsi l'État, propriétaire du terrain, a défini le programme de l'opération et son calendrier, avant de la confier à un opérateur privé. Le projet architectural a été affiné au mieux afin de garantir la qualité de cet énorme ensemble, véritable ville dans la ville avec, en plus, des centres opérationnels des armées, des restaurants, des hébergements pour près de 850 personnes, trois crèches, un espace média, un centre sportif dont une piscine de 25 mètres ouverte aux Parisiens.

Avec plus de 300.000 m2 à aménager, Balard est le plus grand projet immobilier de la décennie. D'une surface de 8,5 hectares, la parcelle de l'est fera l'objet d'un réaménagement d'ensemble avec la rénovation de deux tours. De 5 hectares, celle de l'ouest devrait accueillir 5 000 personnes dans un nouveau bâtiment de 130.000 m2 et dans le bâtiment Perret de 17.000 m2 rénové. Quant à la corne ouest de 3 hectares, elle devrait voir pousser 90.000 m2 d'immeubles de bureaux. Entre 4000 et 5000 salariés du secteur privé devraient y travailler. Et à terme, une voie nouvelle d'axe nord-sud reliera Paris à Issy-les-Moulineaux pour faire émerger un des plus grands quartiers d'affaires dans le sud-ouest de la capitale.

Acier, verre et énergie photovoltaïque pour les trois corps d'armée
Un immense toit gris plat scandé de brisures et percé de grandes cheminées de ventilation recouvre toute la partie centrale du nouveau bâtiment du ministère. Il est photovoltaïque afin d'assurer son énergie propre. Sur la parcelle ouest, le projet architectural du bâtiment principal du ministère de la Défense (130.000 m²), confié à Nicolas Michelin, est tout en acier et verre, transparent, blanc et sérigraphié. Sur pilotis, celui-ci s'intègre parfaitement à la nature tout comme la conception des immeubles de bureaux de la corne ouest (90.000 m² répartis sur trois hectares) dont Jean-Michel Wilmotte a la charge. C'est un bâtiment très moderniste qui joue avec la transparence de la lumière, les pleins et les vides et marie des matériaux plus chauds, le cuivre et le bronze. Avec 50% d'ouvertures et de fermetures, il sera construit de symbiose avec le végétal. Il ouvrira à la fois sur des jardins privés et publics. De grands attiques vitrés donneront un regard exceptionnel sur la ville. La rénovation des immeubles de l'Air (hors tour GA et tour F, déjà en travaux) sur 120.000 m² sera également assurée par le futur ­titulaire du contrat avec le concours du cabinet d'architecture 2/3/4.

monogramme_figaro.jpg(source)

Les commentaires sont fermés.