UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2011

LES FRANCAIS PREFERENT BOIRE (HELAS)....MAIS A LA MAISON....MEME LA, ATTENTION DANGER

 

 

Boire 4580.jpg

(photo disque 45 T de 1987, les temps ont bien changé et c'est tant mieux)

Globalement, la consommation de boissons alcoolisées est en baisse, selon une étude réalisée par Entreprise & Prévention. Mais les Français s'offrent des produits plus chers. Une tendance qui n'a pas échappé aux marques du secteur.

 

EntrepriseLogoEP.jpgLes restaurants, bars et boîtes de nuit n'ont plus la cote auprès des amateurs d'alcool. Près de six Français sur dix (58%) déclarent consommer des boissons alcoolisées «uniquement à la maison», selon un baromètre* réalisé par Entreprise &Prévention, une association qui regroupe 19 entreprises du secteur des boissons alcoolisées en France. Cette enquête montre que 80% des occasions de consommer de l'alcool ont désormais lieu à domicile, chez soi ou chez des amis, contre 5% dans un bar ou encore 4% dans un café.

 

 

 

S'il a débuté il y a plusieurs années, le transfert de la consommation vers le domicile est désormais un phénomène majoritaire. L'interdiction de fumer dans les lieux publics et la crise, qui a forcé les Français à se serrer la ceinture, sont passées par là. Le budget moyen d'achat d'alcool par ménage a baissé de 313,80 euros sur l'année 2007 à 309,40 euros en 2010, selon Kantar Worldpanel.(et c'est tant mieux) Sur la même période, les volumes achetés se sont effrités de 6,2 litres en moyenne par ménage, passant ainsi de 80,7 litres de boissons alcoolisées en 2007 à 74,5 litres en 2010.

Pour autant, les consommateurs veulent se faire plaisir. S'ils achètent moins, ils achètent mieux. Les Français ont dépensé 30 centimes de plus en moyenne pour chaque produit en 2010, par rapport à 2007. Le prix moyen des achats d'alcool réalisés est ainsi passé de 3,90 euros à 4,20 euros par litre en quatre ans. «Ces données révèlent un phénomène que nous appelons la ‘premiumisation' du marché des boissons alcoolisées», explique Aurélie de Canteloube, chargée d'études chez Bacardi-Martini France. «Les grandes marques accompagnent l'évolution des consommateurs en proposant des produits de plus en plus haut de gamme, pour des consommations plus occasionnelles.»

 

BOISSON61d4582c-5630-11e0-b0f5-d8d288f60795.jpg

 

BOISSON61d4582c-5630-11e0-b0f5-d8d288f60795.jpg

 

 

 

 

Pour Thierry Billot, directeur général adjoint en charge des marques chez Pernod Ricard, «aucune marque n'est exclue de ce transfert de la consommation d'alcool à domicile». Le pastis, par exemple, est un apéritif qui se boit autant dans les bars et restaurants qu'à la maison. Mais dans les allées des hypers et supermarchés, le consommateur a davantage de choix que sur la carte d'un bar et sa relation avec une marque de boisson est moins exclusive. «La promotion qualitative est une manière de valoriser la marque, mais aussi le consommateur», souligne Thierry Billot. C'est dans cet esprit là que le whisky 12 ans d'âge Chivas Regal s'est récemment vêtu en Christian Lacroix le temps d'une édition limitée. «Pernod Ricard a fait de la ‘premiumisation' son cœur de métier. La qualité prime sur la quantité.»

La bière, aussi, fait ce pari de la montée en gamme. «Aujourd'hui, environ 75% des volumes de bière sont consommés à domicile et 25% dans les bars, cafés et restaurants»,(Attention donc !) note Pascal Chèvremont, délégué général de Brasseurs de France. La désaffection des Français pour les cafés, qui a débuté il y a plus de vingt ans, témoigne selon lui d'une transformation de fond de la société. «Les gens ont davantage envie de passer leur temps libre chez eux et d'y recevoir leurs amis.» Preuve de cette tendance lourde, «les magasins de décoration intérieure foisonnent, tout comme les émissions de télévision surfant sur cette vague». Bien sûr, l'argument économique n'est pas à négliger. «Pour le prix d'une pression en café ou restaurant, le consommateur peut s'acheter un pack de bières à partager entre amis à la maison», avance Pascal Chèvremont. Pour autant, la bière n'est pas épargnée par la baisse globale de la consommation d'alcool observée en France. «C'est pourquoi l'industrie préfère miser sur la valorisation du marché, plutôt que sur la consommation de masse, en innovant et en offrant des produits de dégustation.» En février, Kronenbourg a souhaité réaffirmer ses origines alsaciennes en lançant la Kronenbourg Fleuron d'Alsace.

 

Prévention pour une consommation responsable

 

Pour Entreprise & Prévention, la consommation d'alcool à domicile change la donne en ce qui concerne le travail de sensibilisation à l'alcool mené auprès des Français. «Sur le plan de la prévention, ce transfert des lieux publics vers la sphère privée montre bien que l'encadrement des bars, discothèques et événements est nécessaire mais pas suffisant», avance Alexis Capitant, directeur général d'Entreprise & Prévention. D'autant plus que, selon une étude réalisée par l'Ifop fin 2010, un adulte sur deux en France consomme des boissons alcoolisées au moins une fois par semaine. Ils sont 7% à en consommer plusieurs fois par jour.

Les attitudes des consommateurs à l'égard de la consommation d'alcool ont pourtant bel et bien changé, relève Entreprise & Prévention. Et ce, pas seulement à cause de la crise. Selon l'étude «Usages et Attitudes» menée par Heineken en 2008, plus d'un tiers des Français déclaraient faire «de plus en plus attention» à leur consommation d'alcool. Principales raisons invoquées ? La santé (pour 73% d'entre eux), la sécurité (59%), ou encore la peur du gendarme (49%). «Ces données sont encourageantes», estime le directeur général adjoint en charge des marques de Pernod Ricard. «Elles sont en ligne avec le message diffusé par l'industrie des boissons alcooloisées depuis plusieurs années. Un message prônant une consommation modérée et responsable.»

* Le Baromètre de consommation des boissons alcoolisées d'Entreprise & Prévention a été conçu à partir de cinq indicateurs : l'usage déclaré, le nombre de ménages acheteurs, les quantités achetées, le prix moyen des boissons alcoolisées et le budget annuel qui leur est consacré. Le premier indicateur provient d'une étude Ifop, les quatre suivants sont issus des données réunies par la société Kantar Worldpanel dans le circuit alimentaire.

(source LeFigaro.fr)

Cet article n'avait d'autre but que de vous informer,vous ouvrir les yeux, A suivre et Attention a votre consommation, Santé !!!

Les commentaires sont fermés.