UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2011

A BUENOS AIRES : UN FILM TOURNE DANS UN CHEF D'OEUVRE DE " LE CORBUSIER QUI N'AVAIT PAS PREVU ÇA " (en projection au cinéma Landowski)

 

desenho_02.jpg

 

 

A Buenos Aires, la maison Curutchet, unique réalisation signée Charles-Edouard Jeanneret en Amérique latine, est le décor, voire le personnage principal, du film « L'Homme d'à côté, le voisin que Le Corbusier n'avait pas prévu », au cinéma (Cinéma Landowski ,Espace Landowsko à Boulogne,)depuis le 4 mai.





L-Homme_d-a_cote_affiche.jpgUne scène du film « L'Homme d'à côté, le voisin que Le Corbusier n'avait pas prévu »
Pour « accentuer le conflit de voisinage » sur lequel repose leur scénario, les réalisateurs argentins Mariano Cohn et Gastón Duprat ont choisi de tourner le film « L'Homme d'à côté » dans « un chef-d'œuvre de l'architecture mondiale » : la maison Curutchet à La Plata, Buenos Aires, dessinée en 1948 par l'architecte suisse Charles-Edouard Jeanneret, plus connu sous le nom de Le Corbusier. « Nous voulions traiter la maison comme un personnage à part entière, et non comme un simple décor, raconte Gastón Duprat. En plus, sa plasticité, sa lumière et sa qualité spatiale sont infernales. »
Infernales, les conditions de vie et de travail de celui qui occupe cette maison le deviennent tout autant, lorsqu'un événement inattendu se produit. Leonardo Kachanovsky (interprété par Rafael Spregelburd), figure caricaturale du designer parvenu et imbu de sa personne, est « réveillé un matin par un bruit obsédant, comme si on perçait un mur... » Il se rend compte avec stupeur que son voisin, Víctor Chubello (joué par Daniel Araoz), intimidant par la rudesse de son physique et de sa voix, ouvre illégalement une fenêtre avec vue directe sur son intérieur et sa vie de famille. Le designer ne supporte pas l'intrusion visuelle et sonore de ce perturbateur dans son univers si parfaitement dessiné, et va tout entreprendre pour qu'il rebouche ce trou.
Les désirs des deux protagonistes sont légitimes. Le voisin souhaite juste un peu plus de lumière dans son logement. Tandis que le designer ne veut pas d'un regard indiscret supplémentaire chez lui, car la maison qu'il habite attire déjà de nombreux touristes. Jusqu'à la dernière scène, l'un et l'autre provoquent la sympathie ou l'antipathie chez le spectateur qui se met à leurs places respectives. L'issue à cette situation cocasse viendra d'un ami architecte, mais la fin du film sera tout de même violente et tragique. Corbu ou pas, les conflits de voisinages, comme les histoires d'amour, finissent mal... en général.
 

(source leMoniteur.fr)

LE CORBUSIER BOULOGNE - BILLANCOURT -CANDIDATURE AU PATRIMOINE DE L'UNESCO

Rejoignez le comité de soutien :Pour la candidature de Le Corbusier au patrimoine de l'Unesco

Image
Page Facebook du comité de soutien
ImageI Love Le Corbusier
ImageInscription pour voir ce que vos amis aiment

> Pour accéder directement au Formulaire en ligne et adhérer en ligne, cliquez-ici

> Pour téléchargez le formulaire, cliquez ici

> Pour accéder au site de l'Association des sites Le Corbusier, cliquez-ici

 

// Histoire d'une inscription //
- 2006 :
Pierre-Christophe Baguet député des Hauts-de-Seine, participe à l’élaboration du dossier de candidature avec le comité national du patrimoine.
- 2007 : l’oeuvre de Vauban est jugée prioritaire par le ministère de la culture, en raison du tricentenaire de sa mort.
- 2008 : le dossier Le Corbusier est déposé auprès du comité du patrimoine mondial de l’Unesco.
- 2009 : le choix des sites sélectionnés s’affine.
- 2010 : Boulogne-Billancourt fonde, avec 9 autres villes, l’association des sites Le Corbusier. Montage du dossier de candidature par la France, l’Allemagne, l’Argentine, la Belgique, le Japon, la Suisse et la Fondation Le Corbusier.
- Janvier 2011 : le dossier est déposé auprès de l’Unesco
- Février à juin 2011 : examen du dossier par le Comité
- Juin 2011 : délibération et décision à Bahreïn.

Les commentaires sont fermés.