UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2011

LES ANTI TABAC GAGNENT LES PLAGES, UN EXEMPLE A LA CIOTAT

 

location-vacances-frontignan-plage.jpg

À La Ciotat, une plage est devenue non-fumeur. Une initiative qui suscite l'intérêt de nombreuses autres communes.

Un été sans fumée: c'est le pari de La Ciotat, qui, à l'instar de New York, a proscrit la cigarette sur l'une de ses plages. Une initiative inédite en France. Sur 17 km de littoral, la commune des Bouches-du-Rhône réserve depuis le début de l'été 300 m aux non-fumeurs. «C'est un succès, se félicite l'adjoint au maire chargé de l'environnement, Noël Collura. L'arrêté municipal n'a pas provoqué de grincements de dents.»

Il faut dire que le périmètre interdit aux amoureux de la nicotine est restreint… Ce paradis sans mégots pour familles avec enfants représente moins de 4% des plages de La Ciotat. Un littoral malheureusement touché à la mi-juin par une pollution aux hydrocarbures provoquée par un dégazage. À l'entrée de la plage Lumière, un panneau annonce la zone non-fumeur. Les CRS qui surveillent le lieu informent les promeneurs et sermonnent les vacanciers désobéissants, y compris ceux qui fument les pieds dans l'eau. «Ils ne distribuent pas d'amendes, précise Noël Collura. Un rappel à l'ordre suffit pour que les fumeurs éteignent leur cigarette.»

Des milliers de cendriers distribués
Fière du succès de l'opération, la mairie pense étendre l'interdiction au parc du Mugel, fréquenté par les enfants et où des cigarettes ont déjà provoqué des départs de feu. L'initiative pourrait-elle séduire au-delà? «Plusieurs villes des Bouches-du-Rhône, des Alpes-Maritimes et de Charente-Maritime nous ont demandé des précisions juridiques sur notre arrêté» , rapporte Noël Collura. À Cannes, on dit «réfléchir sérieusement» à la question. L'idée, évoquée en réunion par le cabinet du maire, a été jugée intéressante. Au point d'envisager une plage sans tabac en 2012 dans la ville du festival.

À Cassis, on estime en revanche cette mesure difficile à mettre en œuvre. «On ne peut avoir un policier sur chaque plage pour surveiller les vacanciers», plaisante-t-on au service environnement de la mairie. «Nous ne sommes pas encore un pays entièrement non-fumeur!» souligne-t-on à la mairie d'Antibes. Les municipalités se contentent pour l'instant d'opérations plages propres et de distribution de milliers de cendriers. Rendre tous les lieux de stationnement respirables, c'est le rêve de l'association Droit des non-fumeurs (DNF). Au point d'avoir proposé, lors de la rédaction du décret de 2006, d'élargir l'interdiction de fumer à tous les lieux fermés et couverts accueillant du public, aux lieux de stationnements en plein air: files d'attente de cinéma, Abribus, gradins de stade…

Si la proposition fait bondir les amateurs de tabac, elle est loin d'être insolite. À Disneyland Paris, les fumeurs ne peuvent pas s'en griller une en attendant leur tour de manège. Certains cafés parisiens ont fait le choix de terrasses non-fumeurs. Pour encourager ces initiatives, DNF vient de lancer un appel aux internautes pour établir un guide des cafés et restaurants disposant de terrasses respectueuses des non-fumeurs. Fin mars, une proposition de loi a été déposée pour bannir les volutes de l'environnement immédiat des établissements scolaires. Sans aller jusqu'à l'interdit, certaines crèches mettent désormais des pancartes à leur entrée pour repousser les fumeurs.

Chez nos voisins, les mentalités évoluent aussi. Au Pays basque espagnol, les responsables d'installation peuvent décréter non-fumeurs leurs tribunes des stades de foot. Quant à la direction du FC Barcelone, elle a demandé à ses «socios» s'ils souhaitaient faire de Camp Nou un stade sans «blondes». Réponse à la prochaine saison.


VOTRE AVIS - Parcs, plages, files d'attente, quais de gare, terrasses… Quels sont les lieux publics dans lesquels la cigarette doit absolument être bannie, selon-vous ? Faites-nous part de votre point de vue dans les commentaires ou par email à :   temoin@lefigaro.fr.

 

(Source LeFigaro.fr)

Les commentaires sont fermés.