UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2011

ZONE EURO : " DEFAUT PARTIEL" DE LA GRECE ENVISAGE

 

grecimages.jpg

Les ministres des Finances européens, au terme d'une réunion de près de neuf heures lundi 11, ont suggéré quelques mesures de soutien aux pays européens en difficuté. Insuffisant, jugent les marchés.

 

Alors que les marchés ont plongé lundi soir sur des craintes d'une contagion de la crise de la dette en Europe, les grands argentiers de la zone euro ont tenté de rassurer. «Il s'agit de résister à un risque de contagion» à l'Italie, qui semble être la nouvelle cible des marchés, ou à l'Espagne, et de «préserver la stabilité financière de la zone euro», a précisé le chef de l'Eurogroupe, Jean-Claude Junker. Ainsi l'Europe tente-t-elle de mettre en place un second plan d'aide aux pays, et dans ce cadre, le groupe de travail chargé de trouver une solution pour sauver le pays de la faillite n'exclut désormais plus un «défaut partiel» de la Grèce.

Tard lundi soir, les ministres des Finances de la zone euro, à l'issue d'une réunion qui a duré neuf heures, ont lancé une série de pistes de mesures : ils se sont dits prêts à augmenter la taille du Fonds de secours financier, doté aujourd'hui d'une capacité de prêt de 440 milliards d'euros. Ils envisagent également un «allongement des maturités des prêts» consentis afin de donner plus de temps aux pays en difficulté de rembourser leur dette et de réduire les taux d'intérêts des prêts à la Grèce. D'autres mesures sont aussi à l'étude pour «améliorer la soutenabilité de la dette publique grecque». Mais aucun plan précis de soutien au pays n'a toutefois été annoncé. Ce qui a fâché le premier ministre Georges Papandréou qui estime qu'«il n'y a pas de place pour l'indécision et les erreurs», et déplore que les dirigeants européens se laissent aller à la «cacophonie». Et déboussolé encore plus les Bourses européennes.

De son côté, la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, a estimé, elle, que l'effort de la Grèce pour réduire son déficit budgétaire n'est toujours «pas suffisant». La patronne de l'institution s'est en outre voulue rassurante sur l'Italie. Alors que l'envolée des taux d'emprunt à 10 ans de l'Italie témoigne de l'inquiétude sur la situation du pays, Christine Lagarde affirme que «certains des chiffres italiens sont excellents». Elle ajoute qu'il «est clair que l'Italie est confrontée actuellement à des problèmes qui sont essentiellement entraînés par les marchés». L'ex ministre de l'Économie a en outre précisé que les agences de notations «jouent un rôle», sans pour autant en dire plus. Ces dernières sont pointées du doigt : Bruxelles veut d'ailleurs les museler en leur interdisant d'évaluer un pays faisant l'objet d'un plan d'aide.

La communauté internationale «ne peut pas sauver l'Espagne»

Mais rien n'y fait. Les marchés ne sont pas satisfaits et les Bourses dégringolent encore ce mardi matin. Les valeurs bancaires souffrent particulièrement. À Madrid, l'indice Ibex perd encore plus de 2%. La ministre espagnole de l'Économie, Elena Salgado, a estimé mardi qu'il n'était «pas logique» que l'Espagne et l'Italie soient «affectées par l'instabilité des marchés», car leurs économies sont «fortes et diversifiées». «Si nous sommes capables de transmettre la détermination que nous avons tous, les marchés devraient raisonnablement se calmer», a-t-elle ajouté.

Mais les marchés, eux, ne voient pas les choses de cette manière : «alors que la communauté internationale peut sauver la Grèce, l'Irlande et le Portugal, elle ne pourra pas sauver l'Espagne, trop important contributeur de la zone euro», a expliqué lundi Laurent Geronimi, directeur de la gestion des taux chez Swiss Life Gestion Privée.

(source LeFigaro.fr)

Les commentaires sont fermés.