UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2011

COQ SPORTIF : COCORICO, UNE NOUVELLE AUBE EN FRANCE

 

coq-sportif_mm01.jpg

POURQUOI J'AI RELOCALISE - L'équipementier sportif a amorcé son retour dans l'Aube en septembre 2010. L'implantation d'une nouvelle unité de production est prévue cette année.

 

Le coq sportif réinvestit peu à peu ses terres natales de l'Aube, capitalisant sur son image franco-française. L'équipementier sportif s'est réinstallé depuis l'année dernière à Romilly-sur-Seine (photo)près Romilly23710258.jpgde Troyes - à quelques kilomètres de Sodimedical, société de son côté menacée de délocalisation - dans le berceau industriel qui l'a vu naître il y a cent trente ans.

Si sa production reste en grande partie réalisée au Portugal, le groupe y a implanté, avec l'aide de la mairie, un centre de développement de ses lignes textiles en septembre 2010. «Dans le contexte économique actuel, chaque emploi compte !», relève Eric Vuillemin, maire de la commune, qui a participé à hauteur de 700.000 euros à la rénovation du site. Les modèles de la marque y sont désormais élaborés, et pour ce faire, quinze emplois y ont été créés.

Flexibilité accrue

Comme Rossignol, autre marque française de sport ayant relocalisé, cette démarche intervient dans le cadre du redressement du groupe, en mauvaise posture après son rachat par Adidas dans les années 70. 22 ans après avoir quitté la France, le nouveau propriétaire du Coq Sportif depuis 2005, le fonds d'investissement suisse Airesis, a choisi d'axer sa stratégie sur le haut de gamme et la qualité française.

En refusant de sous-traiter comme d'autres marques la création et le développement de ses produits, le coq sportif estime avoir gagné en qualité et en singularité. «Nous maîtrisons dorénavant en interne notre recherche et développement, ce qui nous différencie de la concurrence», y fait-on valoir. Comme beaucoup d'entreprises ayant relocalisé, la marque se félicite aussi d'avoir raccourci les délais de production et donc gagné en flexibilité.

Quinze nouveaux emplois créés

Deux atouts qu'elle devrait encore renforcer l'année prochaine. Car le groupe projette désormais deCoq images.jpg réinstaller pour la première fois une unité de production en France, toujours à Romilly-sur-Seine. Cette nouvelle usine, qui devrait être opérationnelle au début de l'année 2012, produira les collections haut de gamme de la marque. Quinze nouveaux emplois devraient y être créés.

Ce repositionnement a été plutôt payant. Bénéficiaire depuis 2009, la marque enregistrait en 2010 un chiffre d'affaires de 89,8 millions d'euros, en progression de 8% par rapport à l'année précédente. Même si le coq sportif demeure un petit acteur de l'équipement sportif, comparé aux géants Nike, Adidas ou Puma, Airesis souligne que sa part de marché dans la chaussure en France est en progression, passant de 6% à 9% l'année dernière.

(source LeFigaro.fr)

Les commentaires sont fermés.