UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2011

FREE FAIT MONTER LA PRESSION SUR LE MARCHÉ DES MOBILES

 

free-sign-797711.gif

 

L'opérateur réitère sa promesse de diviser par deux la facture mobile des Français. Il dénonce les forfaits incompréhensibles et illisibles de ses concurrents. 

 

«Je ne peux pas marcher dans la rue, prendre un taxi, déjeuner dans un restaurant sans que les gens m'interpellent et me posent des questions sur notre future offre mobile . L'attente des consommateurs est immense», jubile Xavier Niel, fondateur de Free. Et les consommateurs en fin d'abonnement préfèrent actuellement attendre avant de se réengager 24 mois chez un concurrent. C'est certain, l'arrivée de Free dans le mobile -en octobre ou novembre- va secouer le marché.

En attendant, le trublion des télécoms s'y entend pour faire monter la pression. Motus et bouche cousue, il ne livre aucun détail. Et se garde bien de confirmer le lancement d'un forfait à 5,99 euros par mois pour deux heures d'appels, ou d'un forfait à 29,99 euros mensuels pour le tout-illimité, évoqués par le JDD. Xavier Niel affirme simplement qu'il tiendra sa promesse, faite en 2008, de diviser par deux la facture des Français. Pour le prouver, un catalogue The Phone House de l'époque a été soigneusement déposé chez un huissier.

«Depuis 2008, nos concurrents ont baissé la facture du client de 10%. On est loin du compte!, persifle Xavier Niel. Avec une box, on appelle dans le monde entier pour 30 euros par mois. Sur le mobile, pour appeler son voisin, c'est 10 euros de l'heure. Est-ce légitime?»

Mais la bataille sera rude. Car la guerre des prix fait déjà rage. En juillet, Bouygues a lancé le premier une offre low-cost «B&You», distribuée sur Internet. Orange proposera une offre similaire, baptisée «Sosh», dès la semaine prochaine. Et SFR, qui a lancé ses offres Carrées, n'exclut pas lui aussi une offre vendue uniquement en ligne. Tout cela, sans parler de La Poste Mobile, Virgin Mobile ou Numericable qui ont sorti des grilles de tarifs agressives.

Numericable assigné 

Cette offensive tous azimuts n'inquiète pas le fondateur de Free, toujours prompt à moquer la concurrence. «B&You, une offre dont Bouygues a honte dans ses boutiques, reste chère et mal goupillée. Les offres de SFR, si elles sont Carrées maintenant, c'est qu'elles étaient de traviole avant?», ironise-t-il. «Rien n'est transparent. Les offres des opérateurs sont incompréhensibles. Il n'y a pas un Français qui sait ce qu'il paie», dénonce-t-il, en promettant que les offres de Free Mobile seraient, elles, «simples, claires et transparentes».

Bref, Free promet de réitérer dans le mobile la révolution qu'il a introduite dans l'Internet fixe en inventant le modèle de la box, du forfait illimité, et en lançant en décembre dernier sa nouvelle «Freebox Révolution».

Il a d'ailleurs assigné son concurrent Numericable devant le tribunal de commerce de Paris et lui réclame 10 millions d'euros, comme l'a révélé le site Web PCInpact. Free reproche à Numericable d'avoir utilisé dans ses messages publicitaires le terme «Révolution», alors qu'il le considère comme son slogan identitaire. Il y a plusieurs mois, Numericable avait lancé une campagne promettant une «révolution du mobile», avant de dévoiler une offre de téléphonie mobile illimitée à partir de 24,90 euros par mois. Mercredi, via Twitter, le groupe a de nouveau enfoncé le clou, annonçant que «la révolution du mobile continue», en prélude à une nouvelle offre attendue la semaine prochaine. La guerre sur le marché du mobile est bel et bien déclenchée.

(source LeFigaro.fr)

Commentaires

Free n'est d'ailleurs pas le seul à faire bouger les choses. Si sa popularité et ses antécédents en matière de troublion de la concurrence ont surement beaucoup joué, ces derniers temps d'autres opérateurs tel que Laposte Mobile ou Virgin mobile ont également rencontré un fort succès.

De quoi faire peur aux "Gros" qui ont perdent de plus en plus d'abonnées aux profits des "petits"

Écrit par : Maintien à domicile | 07/09/2011

Les commentaires sont fermés.