UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2011

MEME EN FRANCE LA PUBLICITE S'INTRODUIT A L'ECOLE...

 

 

Ecran69ac0c7e-0fd1-11e1-9316-46456276e3e5.jpg

(exemple de publicité sur bulletin scolaire aux Etas Unis-capture d'écran)

Des écoles de l'État américain du Colorado vendent depuis peu de la publicité sur leurs bulletins scolaires. Sans arriver à de tels excès marketing, en France aussi la publicité s'introduit dans les écoles.

 

Pour boucler les fins de mois difficiles, des écoles de l'État américain du Colorado ont pris une initiative originale: vendre de la publicité sur leurs bulletins scolaires. La publicité vante sur les bulletins des 91 écoles élémentaires d'un comté les mérites d'un plan destiné à épargner pour payer l'université.

La somme gagnée n'est qu'une goutte dans l'océan des dépenses scolaires locales, qui se sont élevées l'an dernier à 40 millions de dollars mais «on cherche évidemment des sources de revenus et on les prend où on peut», a indiqué cette semaine Melissa Reeves, porte-parole du conseil d'administration.

Officiellement, en France, la publicité est interdite dans l'enceinte de l'école contrairement aux États-Unis dont les excès du marketing scolaire sont régulièrement dénoncés dans les médias. Cet exemple peut paraître surréaliste aux yeux des Français et pourtant… Selon la chercheuse Angélique Rodhain, auteur d'un article sur le sujet dans Petit bréviaire des idées reçues en management aux éditions La Découverte, la réalité française est loin d'être aussi simple : Qui n'a pas un jour participé à l'école à un concours de rédaction organisé par une banque, assisté à un exposé sur le petit-déjeuner organisé par une entreprise agroalimentaire ou appris les gestes de l'hygiène bucco-dentaire via des représentants d'une marque de dentifrice ?

Un marketing scolaire à la française

Elle énumère le marketing scolaire à la française: l'affichage publicitaire pour le cinéma dans les établissements, moyennant 150 euros par an, l'envoi de produits dans les cantines, les jeux concours, l'insertion de marques dans les manuels scolaires (la présence de 139 d'entre elles a été comptabilisée dans une étude sur les manuels utilisés au collège). Posters, cahiers pour enfants, autocollants, la publicité est présente de façon plus ou moins subreptice. C'est par le biais d'associations antipub très vigilantes sur le sujet, qu'un jeu boursier lancé par la banque CIC a été interdit de séjour dans des lycées par un tribunal administratif.

Même si «officiellement la publicité est interdite dans l'enceinte de l'école», les exemples de communications commerciales «affluent». La réglementation est bien plus sévère en France que dans les pays anglo-saxons. Mais «l'éducation nationale, souffre, semble-t-il, d'une certaine impuissance à faire respecter la règle de la neutralité», écrit-elle. De fait, aucune sanction ne punit l'établissement qui viendrait à manquer au règlement. Depuis 2001, date à laquelle un code de bonnes conduites a été édicté par le ministère, «l'hypocrisie» serait «patente».

Les «partenariats» avec les entreprises sont désormais autorisés. C'est à l'enseignant de juger du caractère commercial des documents apportés par l'entreprise. Certes, rappelle la chercheuse, l'Éducation nationale sait interdire. En 2005, elle a ainsi fait retirer tous les distributeurs automatiques en milieu scolaire. «Mais pour le marketing scolaire, il en va autrement (…) Pourtant le parrainage est une méthode de communication comme une autre. Renault rassure sur la sécurité routière, Total sur les marées noires, EDF sur l'énergie nucléaire». À terme, selon Angélique Rodhain, les frontières étant aujourd'hui de plus en plus floues, la publicité devrait progressivement mais sûrement s'implanter davantage dans l'école française.

(Source LeFigaro.fr/ Marie-Estelle Pech)

collepub.jpgDans le Colorado (ouest), les écoles publiques du comté de Jefferson utilisent une technique insolite pour combler les fins de mois difficiles, en effet ces écoles vendent des espaces publicitaires sur leurs bulletins scolaires (newsexpress-machaineétudiante)

Les commentaires sont fermés.