UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2011

LES BALANCES DES GROSSISTES SONT SOUVENT MAL REGLEES

 

fruits 1600405398.JPG

Une machine sur cinq serait défaillante selon la campagne de vérification organisée par le ministère de l'Économie dont Le Parisien-Aujourd'hui en France a publié les résultats.

 

Une erreur de quelques grammes mais qui pèse lourd dans le porte monnaie des consommateurs. À la demande du ministre de l'Industrie, Éric Besson, centre trente agents rattachés à la Direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte), ont inspecté les appareils de mesures de 2800 grossistes et semi-grossistes (soit 20% du secteur) durant les mois de septembre et octobre derniers.

Objectif: vérifier que les filets de clementines ou le rôti de veau en barquette font bien le poids indiqué. Plus de 9000 bascules, trieuses, balances et emballeuses ont été inspectées. Les résultats sont édifiants. Selon l'édition de samedi du quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France, une machine sur cinq serait mal réglée, le plus souvent au détriment du client.

Les experts autorisent une marge d'erreur de 1 gramme par kilo. D'après Marc Le Parco, coordinateur national de la campagne de vérification, cité par le quotidien. Le moindre dérèglement peut rapidement prendre des proportions impressionnantes. Quelques grammes sur chaque produit acheté et l'impact financier est significatif pour les foyers... surtout en période de crise où certains ménages sont très fragiles.

La cellule d'enquête précise cependant que ce dysfonctionnement ne relève pas forcément d'une volonté d'abuser le client. Le plus souvent cela tient davantage à la négligence car les entreprises repoussent souvent leurs obligations légales de contrôle des instruments, voire finissent par les oublier. Dans un premier temps, les agents se contentent donc de rappeler à l'ordre les professionnels. Un procès verbal est ensuite rédigé dès la seconde infraction. C'est alors le procureur de la République qui décide du montant de l'amende, en général au prorata de l'argent gagné grâce à l'erreur de pesée.

Devant le niveau d'erreur significatif, le ministère de l'Économie a décidé de poursuivre les contrôles. Dans les prochains mois, il entend visiter deux fois plus d'entreprises.

Autrement dit nous sommes volés !!!!!

(source LeFigaro.fr)

LIRE AUSSI :

» Rungis passe du commerce de gros au prêt-à-consommer

» Des grandes surfaces achètent sur le marché « gris »

» Pouvoir d'achat: les Français inquiets

ET Ce WEEK END A BOULOGNE-BILLANCOURT

photo-52.JPG

 

 

Les commentaires sont fermés.