UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2012

LE QATAR MIS EN "CULTURE", VOUS CONNAISSEZ ?

 

MIA 4289651070_7c501d0d70.jpg

 

En trois ans, le petit royaume de l'or noir a fait passer sa métamorphose culturelle à la vitesse supérieure.

 

Compétition dans le Golfe? En seulement trois ans, le Qatar a fait passer sa métamorphose culturelle à la vitesse supérieure, pour ne pas dire accélérée. En novembre 2008, l'inauguration fastueuse du MIA (photo) dessiné par Pei et la découverte de ses salles aux trésors aménagées royalement par Jean-Michel Wilmotte avaient attiré l'attention internationale sur ce petit royaume des perles d'hier et des pétrodollars de demain. Depuis, la France a beaucoup entendu parler de ce troisième producteur de gaz naturel du monde après l'Iran et la Russie, devenu le premier exportateur de gaz naturel liquéfié.

Cash machine! Outre le PSG et le transfert de joueurs négocié rubis sur l'ongle, le rachat du prestigieux hôtel Lambert par un proche de l'émir - pour 60 millions d'euros, selon nos sources proches de la transaction - a permis aux Parisiens de mieux situer ce petit royaume de l'or noir, péninsule du désert d'Arabie qui s'avance dans les eaux turquoise du golfe Persique. À l'automne 2009, le Qatar s'était offert le Petit Palais pour exposer à Paris les photos spectaculaires de Vanessa von Zitzewitz, bombe prussienne qui n'a pas hésité à plonger dans la piscine d'entraînement des pur-sang de l'émir.

En trois petits ans, tout a déjà changé. En quittant l'aéroport pour aller découvrir la sculpture de Serra, on longe un immense chantier délimité par une bâche peinte où se dessine la Rose des sables imaginée par Jean Nouvel. Dévoilé au printemps 2010, le projet de l'architecte français enveloppe comme par magie le palace de Fariq al-Salatah qui servait de musée du patrimoine depuis 1975. Un bâtiment «historique» en cette terre bédouine et nomade, il y a encore deux générations. Annoncé pour 2013, le Musée national du Qatar comprend une grande galerie de 7 990 m2, une galerie annexe de 2 000 m2, un auditorium de 220 places, un forum de 70 places avec studio de télévision, deux cafés, un restaurant et une boutique du musée, des installations séparées pour les groupes scolaires et les invités, un laboratoire de recherche sur le patrimoine, des espaces pour la restauration et le stockage des vestiges.

Élan mirifique

IMG_1927.JPGÀ l'heure où le Louvre Abu Dhabi, autre projet de Jean Nouvel (photo), alimente les pronostics, le Qatar semble animé d'une soif d'action architecturale. En décembre 2010, un second musée destiné à promouvoir l'art moderne arabe, le Mathaf, voyait le jour à Doha. Comme le MIA, sa jeune directrice est non voilée. Irakienne aux yeux de velours née et élevée au Koweït, Wassan al-Khudhairi incarne la nouvelle génération qui a étudié à Londres et à New York, vécu en Arabie saoudite et au Caire. Et a choisi le Qatar, parmi les autres destinations possibles, pour cet élan mirifique et la personnalité du collectionneur S. E. le cheikh Hassan, fondateur du Mathaf. Sous la bénédiction du Qatar Museums Authority, elle a monté l'exposition de Cai Guo-Qiang, l'artiste qui a mis le feu aux JO de Pékin. C'est titanesque.

LIRE AUSSI: 

» Evene -Le Musée du Louvre d'Abu Dhabi 

 

(source LeFigaro / Valérie Duponchelle )

LA CULTURE A BOULOGNE-BILLANCOURT:

Fanfare céleste - Hommage à Claude Nougaro : Jean-Marc Padovani

fanfare_celeste (1).jpgDire les textes de Nougaro, mettre en lumière le lyrisme de ses mots et la permanence de leur rythme si particulier est le parti-pris de cette création de Jean-Marc Padovani en liendans une tentative du renouvellement du genre de l’oratorio.
Le jazz s’est imposé comme la musique pouvant le mieux servir un tel challenge, mettre en valeur la langue de l’auteur, faire vibrer et danser les mots. Poésie dite ou chantée, accompagnée par l’orchestre, ou l’orchestre se substituant au sens, dans un ordre qui parfois bouscule les convenances. Entre écriture originale et reprise de thèmes, autant de formules imaginées pour éclairer d’un jour nouveau le sens poétique de l’oeuvre de cet immense chanteur-diseur.

Vendredi 20 janvier à 20h30. Carré Belle-Feuille, 60, rue de la Belle-Feuille
Tarif B : plein tarif 27 €, réduit 22 €, moins de 26 ans 12,50 €
Abonnement individuel 18,50 €, abonnement groupe 16 €, abonnement moins de 26 ans 10 €
Réservation en ligne, sur place ou par téléphone au 01 55 18 54 00.

Les commentaires sont fermés.