UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2012

SANTÉ :LES DEPENSES DE MEDICAMENTS SONT EN HAUSSE DANS LES HAUTS DE SEINE / A BOULOGNE REUNION DU QUARTIER REPUBLIQUE-POINT DU JOUR

 

 

medicaments3.jpg

 

Les médicaments prescrits par les médecins de ville ont encore augmenté en volume et en coût l’année dernière dans le département, constate une étude communiquée par la Caisse primaire d’assurance maladie des Hauts-de-Seine. « En 2011, les dépenses consacrées aux remboursements des médicaments ont atteint 418,8 M€, contre 413, 6 M€ en 2010 et 401,3 M€ en 2009 », indique la CPAM 92.

Elle rappelle que la prescription de génériques* permet de faire des économies, mais que, dans les Hauts-de-Seine, leur proportion reste inférieure à la moyenne nationale. Plusieurs éléments permettent d’expliquer cette hausse des dépenses de médicaments en ville (par opposition au secteur hospitalier), notamment la prise en charge à domicile de pathologies lourdes (cancers, sida), la mise sur le marché de nouveaux médicaments, le traitement plus précoce de certaines maladies ou encore l’augmentation du nombre de patients.

 

Des affectionsde longue duréesoignées à domicile

La pharmacie de ville intègre plus de médicaments onéreux, note la CPAM 92 : « En effet, de plus en plus de patients atteints de pathologies lourdes, telles que le cancer ou le sida, sortent précocement de l’hôpital et ont la possibilité de se soigner à domicile lorsque les médicaments sont délivrés par des pharmacies de ville. » Ces médicaments passant de l’enveloppe « pharmacie hospitalière » à l’enveloppe « pharmacie de ville » sont en hausse de 8,4%.

 

Le produit en tête de la liste de ceux qui contribuent le plus à la hausse des dépenses est le Neulasta, utilisé en cancérologie. Certains médicaments, notamment des antirétroviraux actifs contre le VIH, sont très chers. Dans le top5 des produits dont le montant remboursé est le plus élevé (qui représente 6% des dépenses), on note trois traitements contre le sida (pour un montant de plus de 9 M€ remboursés en 2011) qui progressent tous les trois (entre 12% et 32% de hausse). Non seulement ces médicaments ont un prix très élevé (entre 500 € et 700 € la boîte), mais il n’existe pas de générique.

 

De nouveaux médicaments et des traitements plus précoces

Parmi le top5 des produits dont le montant remboursé est le plus élevé se trouve également le Lucentis, nouveau produit préconisé dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). En progression de 20%. Le Lucentis représente une dépense de près de 4 M€ pour la CPAM 92.

 

« Avec un prix aussi élevé (prix unitaire : 1093 €) et une population vieillissante, ce médicament pourrait faire exploser les coûts de l’assurance maladie », souligne la CPAM 92. « Avant, il n’y avait aucun médicament, dSANTonc il y a eu des prescriptions importantes pour des malades qui auparavant ne pouvaient bénéficier d’aucun traitement », commente le président du conseil de l’ordre des médecins des Hauts-de-Seine. Les patients bénéficient aujourd’hui de traitements nouveaux, et certains sont pris en charge plus tôt. C’est le cas notamment des personnes atteintes du VIH, ce qui contribue à expliquer aussi la progression des trois antirétroviraux.

 

Un département qui accueille enfants et personnes âgées

La démographie des Hauts-de-Seine, et le vieillissement de la population, est un autre facteur de progression des dépenses de médicaments, déjà souligné par la CPAM 92. Le département a gagné environ 18000 habitants entre début 2009 et fin 2011, il attire de nombreuses familles avec de jeunes enfants. Le second produit qui pèse dans l’enveloppe « pharmacie de ville », derrière le Neulasta, est un vaccin contre le pneumocoque (Prevenar 13) recommandé chez les petits de 6 semaines à 5 ans.

 

* Médicament dont le principe actif doit être équivalent à celui du produit de marque, mais dont la présentation et les excipients peuvent être différents. 

(source Leparisien.fr)

A BOULOGNE-BILLANCOURT : Une réunion du quartier République - Point du Jour .

Pierrre-Christophe BAGUET,Député-Maire,Marie-laure Gaudin, Léon Sebbag,, Guy-René Baroli, Gauthier Mougin, Maires Adjoints, entourés d'élus minicipaux et des conseillers de quartier étaient à dispositions des habitants pour informer des actions entreprises et répondre aux questions des boulonnais, venus très nombreux malgré le froid ,plus que de saison !

P1040170.JPG

P1040181.JPG


P1040171.JPGP1040184.JPG



P1040194.JPG

P1040174.JPG

Commentaires

Nous sommes la Déesse Originelle; Des Êtres Hautement Évoluées sur le plan Spirituel; Les Déesses suivantes; Odin Divinité Incarnée; Lima Divinité Incarnée; Frigg Divinité Incarnée; Admée Divinité Incarnée; Épona Divinité Incarnée; Ishtar Divinité Incarnée; Sekhmet Divinité Incarnée; Lao-Tseu Divinité Incarnée; Tara Blanche Divinité Incarnée; Amaterasu Divinité Incarnée; Kali Divinité Incarnée; Marie Divinité Incarnée; Manat Divinité Incarnée; Des Êtres de la Nature Hautement Évoluées sur le Plan Spirituel; Poséidon Divinité Incarnée;
Nous sommes enÂmemour avec TOI

Écrit par : Poséidon | 10/02/2012

Les commentaires sont fermés.