UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2012

ALLERGIE A LA CACAHUETE.... BIENTÔT "REDUITE"

 

 

cacahuette.jpg

 

Les allergiques à l'arachide n'auront bientôt plus peur des cacahuètes. Des chercheurs toulousains viennent de trouver une technique qui les rend inoffensives.

 

Gonflement de lèvres, urticaire, vomissements, nausées, toute personne allergique à l'arachide sait combien il peut être dangereux de manger une simple cacahuète. Il ne faut que quelques minutes pour voir apparaître les premières réactions. Mais les 500.000 Français concernés devraient bientôt pouvoir goûter au fruit défendu en toute quiétude. Des chercheurs toulousains viennent en effet de trouver un moyen de stopper les allergènes contenus dans la graine.

Annick Barre, professeur à la faculté de pharmacie de l'université Paul-Sabatier à Toulouse, spécialisée dans la recherche sur les allergies, a mené ce projet scientifique au sein du laboratoire PharmaDev pendant trois ans. Si la structure de la protéine responsable de l'allergie était déjà identifiée, elle restait difficile à atteindre pour la neutraliser, explique-t-elle. Les laborantins ont alors pensé à déstructurer la protéine en l'exposant à des températures très élevées et à haute pression. «Le but était de casser la membrane épaisse qui entourait l'allergène», précise Annick Barre. Ensuite, l'utilisation de probiotiques (bactéries) a permis de morceler la protéine et de la rendre inactive». Un brevet a été déposé pour ce procédé fin février.

Un procédé presque parfait

Cette méthode neutralise 95% des agents allergisants des arachides, ce qui n'est pas encore suffisant pour garantir le risque zéro. «Nous devons encore affiner les conditions du procédé mais nous arriverons d'ici peu à un produit totalement antiallergique», affirme la chercheuse avec enthousiasme.

Pour l'heure, l'équipe toulousaine est la première à avoir découvert un procédé efficace. «Aux Etats-Unis, ils sont partis sur la piste des OGM et ont tenté de muter des gènes mais c'est très compliqué et cela ne marche pas», explique la responsable du projet qui souhaitait «un procédé inoffensif et naturel».

A quand la commercialisation?

Actuellement sous forme de pâte d'arachide, la mise en vente d'un beurre de cacahuète hypo-allergisant devrait voir le jour prochainement, en attendant de pouvoir reconstituer la forme d'une véritable cacahuète. La méthode devrait s'étendre à d'autres produits allergisants comme les graines de sésame ou les fruits à coque (noix, noix de cajoux, etc). «Le nombre d'allergiques ne cesse d'augmenter, fait remarquer Annick Barre. Ca valait vraiment le coup de travailler sur ce projet».

EN SAVOIR PLUS:

» Comment se traduit l'allergie?

(source leFigaro.fr /Caroline Piquet)

clin d'oeil /détente avant "apéro" : watch?v=W0aMIKXajw8

Les commentaires sont fermés.