UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2012

ELECTION PRESIDENTIELLE : LA PROFESSION DE FOI , UN VRAI ELEMENT DE DECISION

IMG_6846.jpg

 

La distribution massive de ces documents électoraux aide de nombreux électeurs indécis à faire leur choix à quelques jours du scrutin.

 

Depuis le début de la semaine, les 45 millions d'électeurs que compte la France ont commencé à recevoir dans leur boîte aux lettres les professions de foi des candidats à l'élection présidentielle. À l'heure d'Internet, une telle dépense de papier, d'encre et de frais postaux peut paraître incongrue. Mais les politologues sont formels: de nombreux électeurs se décident grâce à ces documents.

Au même titre que les clips électoraux diffusés à la télévision, les professions de foi visent en priorité les électeurs peu politisés qui ne se sont pas intéressés à la campagne jusque-là. «Les gens s'intéressent moins fondamentalement à la politique, ils ne la suivent pas au jour le jour et ils se disent qu'ils verront le moment venu. On se retrouve alors avec environ 20% des Français qui affirment s'être décidés le jour même du vote», explique à La Dépêche du Midi le politologue Roland Cayrol.

L'envoi obligatoire de ces documents est donc un bon moyen d'avoir une synthèse des propositions de chaque candidat sans que l'électeur n'ait à faire de démarche. «L'envoi des professions de foi en même temps que les bulletins reste indispensable pour l'information de l'électeur qui entre plus tard que les candidats dans la campagne», affirme ainsi au Progrès le politologue Stéphane Rozès.

«Ces documents sont lus et commentés en famille»

Pour Roland Cayrol, «ces documents sont extrêmement lus et commentés en famille. Ils constituent un vrai élément de la décision finale» pour ceux qui, à moins d'une semaine du scrutin, ne savent pas encore pour qui ils vont voter. «Ces catégories attendent beaucoup la campagne officielle, qui embête les professionnels, mais qui est le moyen pour elles de prendre contact avec l'offre politique réelle», précise-t-il à La Dépêche du Midi. Un récent sondage OpinionWay démontre lui aussi l'importance des professions de foi. 24% des Français affirment ainsi qu'ils s'informeront sur l'élection présidentielle via ces documents, contre 27% par la radio ou 38% via la presse écrite.

Les équipes des candidats ne s'y sont pas trompées et n'ont pas négligé cet exercice obligatoire et extrêmement codifié (feuillet double au grammage et format imposé, interdiction d'utiliser des emblèmes nationaux, interdiction d'attaquer un adversaire ou de comparer son programme...). La profession de foi de François Hollande a ainsi été «écrite, réécrite et relue» par le candidat et ses deux plumes, Guillaume Bachelay et Aquilino Morelle, explique au Parisien Manuel Valls, directeur de la communication de François Hollande. Pas question de faire une erreur. Comme le souligne Manuel Valls, «il n'est pas rare de retrouver la profession de foi sur la table de la cuisine ou du salon».

VOS TÉMOIGNAGES - La profession de foi des candidats a-t-elle une influence sur votre choix? Cette année, que retenez-vous des professions de foi des candidats? Quelle est celle qui vous a le plus marqué? Faites- part de votre avis  ci-dessous ou par email à temoin@lefigaro.fr.

(source LeFigaro.fr/Chloé Woitier)

Les commentaires sont fermés.