UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2012

CABINES TELEPHONIQUES BRITANIQUES A VENDRE, UN SYMBOLE QUI VA DISPARAITRE DES RUES ET DES SQUARES ...

 

old-british-phone-booths.jpg

BT, l'opérateur historique du Royaume-Uni, met en vente une soixantaine de ces célèb rouges, symbole de la culture britannique concurrencé par la téléphonie mobile.

 

Le téléphone portable aura-t-il raison des cabines téléphoniques rouges anglaises? C'est ce que laisse croire la nouvelle mise en vente d'une soixantaine d'exemplaires de ces célèbres cabines par le groupe BT, l'opérateur historique de télécoms au Royaume-Uni.

Pour devenir propriétaire de cet emblème de la culture britannique, les passionnés devront débourser au moins 1950 livres (2390 euros), selon le prix de vente de départ fixé par l'opérateur. «Vous pouvez désormais acheter ce symbole du design du XXe siècle, connu dans le monde entier, pour orner votre maison ou votre jardin, ou l'offrir à une de vos connaissances qui a déjà tout», a souligné Katherine Ainley, responsable des cabines publiques chez BT.

Des cabines déficitaires

Les cabines K6 (de leur nom industriel) ont vu leur espérance de vie diminuer aussi rapidement que le développement du téléphone portable. Alors qu'elles étaient 70.000 dans le pays en 1968, elles ne sont plus aujourd'hui que 11.000 sur les 51.500 cabines encore en fonctionnement au Royaume-Uni. Les appels passés depuis ces cabines à fonte rouge ont baissé de 80% ces cinq dernières années et environ 60% sont déficitaires.

BT en avait déjà vendu aux enchères des milliers d'exemplaires au milieu des années 1980, dans le cadre d'un programme de modernisation du réseau. Les premières avaient été dessinées en 1936 à l'occasion du jubilé du couronnement de George V par l'architecte Giles Gilbert Scott. Elles font désormais partie intégrante du patrimoine britannique, au même titre que les bus rouges à impériale ou les taxis noirs.

C'est la raison pour laquelle le groupe BT tente depuis 2008 de céder les K6 à la population locale afin de «préserver cette part de leur histoire et de leur identité». Dans le cadre du programme «adopter une cabine», les modèles sont vendus pour une livre symbolique à des villages. Déjà 1800 cabines ont été adoptées. Certaines sont devenues des épiceries et d'autres des galeries d'exposition.

 

(Source LeFigaro.fr Par Hayat Gazzane)

Les commentaires sont fermés.