UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2012

BILINGUISME : UN STIMULANT POUR LE CERVEAU DES ENFANTS (EXEMPLE A BOULOGNE-BILLANCOURT)

doisneau2.jpg

 

 Luc Chatel en visite à l'école bilingue Robert Doisneau de Boulogne-Billancourt *

 

Les bénéfices de l'apprentissage de deux langues différentes rejaillissent sur le fonctionnement général du cerveau des enfants.

 

Le bilinguisme n'est pas un handicap, mais au contraire un atout pour le cerveau. Exemple, Laura parle avec la même aisance l'italien de sa maman et le français de son papa. À 11 ans, elle est parfaitement bilingue. Il faut dire que ses parents l'ont immergée dans leurs langues maternelles respectives dès sa naissance. Jusqu'à l'âge de 2 ans, il lui arrivait encore de mélanger l'italien et le français dans une même phrase, mais elle a rapidement appris à passer d'une langue à l'autre. Un jeu d'enfant, et une aubaine pour son cerveau en développement. Ainsi, non seulement son bilinguisme n'a jamais été un handicap, ni à l'école ni en société, mais elle est aujourd'hui une excellente élève.

Le fruit d'une longue exposition aux deux langages? Il ne faudrait pas exagérer aujourd'hui les vertus du bilinguisme, comme on a hier brandi la menace d'un handicap majeur pour l'enfant. Cependant, pour la spécialiste mondiale du plurilinguisme, la psychologue Ellen Bialystok de l'Université de York au Canada: «Les bénéfices du bilinguisme augmentent avec sa duréeet plus on pratique, mieux c'est.»

Peu importe la deuxième langue, d'ailleurs. «Tous les enfants bilingues affichent le même bénéfice», précise le Pr Bialystok. Quid du principe «Un parent, une langue» pour éviter d'embrouiller l'enfant? «C'était la règle autrefois. On sait maintenant que c'est complètement absurde, soutient la psycholinguiste Ranka Bijeljac-Babic (université de Poitiers), comme d'ailleurs l'interdiction que l'on faisait aux parents de ne pas parler dans leur langue natale.»

Flexibilité mentale

Et l'accent? Certains enfants en garderont un, d'autres non. «On ne sait pas pourquoi, mais jusqu'à un certain point, on ne peut plus s'améliorer à ce niveau», remarque-t-elle. Un accent parfois stigmatisé en société: «Certains ont, c'est vrai, des préjugés négatifs, mais d'autres lui trouvent du charme et pensent aussitôt à la richesse sous-jacente d'autres cultures.»

Le cerveau des bilingues ne fonctionne pas de la même manière que les autres. Il est par exemple beaucoup plus performant dans un environnement bruyant pour trier les différents sons. Il serait aussi mieux protégé contre l'apparition de la maladie d'Alzheimer et augmenterait la flexibilité mentale des enfants. À tel point que l'argument de l'impact positif du bilinguisme sur le développement neuropsychologique est mis en avant par ses défenseurs aux États-Unis, où 9% seulement des adultes sont bilingues et seul un quart des écoles élémentaires proposent une seconde langue.

En France, une personne sur quatre a reçu au moins une autre langue dans son jeune âge au foyer parental et, dans le monde, le plurilinguisme est majoritaire. Une hiérarchie sociale entre les langues s'impose généralement (l'anglais est souvent la mieux valorisée) et en France, la seule langue officielle est le français.

Il n'existe pas de recensement officiel des deuxièmes langues parlées à la maison, mais l'enquête Histoire de vie, réalisée il y a quelques années par la sociologue Alexandra Filhon (université Paris-Ouest), montre qu'il ne s'agit pas toujours d'une langue étrangère: «Parmi les personnes n'ayant pas été socialisées exclusivement en langue française, 60% ont été familiarisées par leurs parents à une langue d'immigration tandis que 40% l'ont été à une langue régionale.»

Quoi qu'il en soit, les neuropsychologues sont d'accord: «Le bilinguisme augmente les performances du système cognitif des fonctions exécutives, explique le Pr Bialystok. Ce système est responsable de tous les processus impliquant l'attention, la sélection, l'inhibition, le changement, etc. Crucial pour toutes les pensées complexes.» Le chef d'équipe du cerveau, en quelque sorte, celui qui décide où allouer les ressources.

Centre d'attention

«Les bilingues ne sont pas comme les monolingues. Ils sont particuliers, abonde Ranka Bijeljac-Babic, qui travaille sur l'acquisition du langage chez les nourrissons monolingues et bilingues au sein du laboratoire “Psychologie de perception” de l'université Paris-Descartes. Le fait d'être bilingue aide pour passer d'une information à une autre, pour changer son centre d'attention.»

Une capacité qui pourrait expliquer la plus grande souplesse mentale des enfants bilingues, mise en évidence par des psychologues de l'université Bar-Ilan (Israël), il y a deux ans. Et surtout, éclairer pourquoi les bénéfices du bilinguisme semblent rejaillir sur le cerveau tout entier. «La découverte la plus surprenante de ces dernières années a été de constater que le bilinguisme retardait significativement (de plus de cinq ans, en moyenne. NDLR) l'apparition de la maladie d'Alzheimer», explique le Pr Bialystok. Comme si le cerveau gardait une certaine jeunesse grâce à la gymnastique mentale du changement de langue.

 

Le mythe de la confusion des langues

Si le bilinguisme peut effrayer les parents ou les enseignants, c'est que l'enfant semble parfois chercher un mot ou, pire, le remplace par un mot étranger. «C'est vrai qu'il y aura toujours une langue qui domine, mais cela peut changer selon les circonstances», explique Ranka Bijeljac-Babic. La confusion, quand elle existe, n'est donc que transitoire. Comme lorsque l'on fait un séjour dans un pays étranger et qu'il faut ensuite revenir à son langage habituel en rentrant. En revanche, il est vrai que les enfants bilingues prennent parfois un peu de retard, par rapport à leurs camarades, dans l'acquisition de certains éléments de langage. Mais «il faut les considérer dans la dynamique, plaide la psychologue, et, là, le bilinguisme est toujours un avantage pour le cerveau».

LIRE AUSSI:

» Les enfants bilingues sont plus réactifs

» Le casse-tête de l'anglais en maternelle

(source LeFigaro.fr // damien Mascret )

A BOULOGNE-BILLANCOURT, nous ne sommes pas en reste :  

* Établissement scolaire bi-langue pilote en France, l’élémentaire Robert-Doisneau ouverte depuis 2010 a reçu le mardi 6 mars la visite du ministre de l’Éducation nationale, Luc Chatel, accompagné par Pierre-Christophe Baguet, Député-maire de Boulogne-Billancourt et d'élus de la majorité municipale.

 

 


Les commentaires sont fermés.