UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2012

SANTÉ : LES MORTS LIEES AU TETANOS POURRAIENT ÊTRE EVITEES

 

 

tetanos.jpeg

Le tétanos reste exceptionnel en France mais il conserve un taux de mortalité élevé, rappelle une étude. Toute ces vies pourraient être épargnées si les adultes veillaient à faire des rappels du vaccin.

 

Bien que rare, le tétanos n'a pas encore disparu en France et il continue de faire des morts, rappelle une étude publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Entre 2008 et 2011, 36 cas ont été répertoriés pour cette «toxi-infection aiguë, grave et souvent mortelle» qui se déclare généralement à la suite d'une blessure, indique l'auteur Denise Antona, de l'Institut de veille sanitaire (InVS). Parmi les cas répertoriés, 11 se sont révélés mortels.

L'infection produite par un bacille anaérobie, le Clostridium tetani, est généralement causée par une blessure avec un outil souillé par de la terre (13 cas sur 36), souvent avec du matériel de jardinage, mais aussi parfois par une chute avec une plaie qui a été souillée par le sol (neuf cas). Plus rarement, elle découle d'une griffure ou d'une morsure (un cas d'infection par griffure de chat et un autre par morsure de rat). L'infection touche principalement des personnes âgées, avec un moyenne d'âge de 82 ans pour les 36 cas rapportés.

Le tétanos a reculé de façon régulière en France dans la dernière moitié du 20e siècle, avec plus de 300 cas par an en 1975, mais moins d'une dizaine à la fin des années 90. Depuis le nombre est resté stable.

Un rappel de vaccin tous les dix ans

L'incidence est donc minime mais compte tenu de la gravité extrême de l'infection -31% des cas ont été fatals ces quatre dernières années- le tétanos demeure un problème de santé publique.

Or «tous les cas de décès pourraient être évités» si l'on appliquait plus rigoureusement la politique de rappels de vaccination antitétanique chez les adultes (en principe un rappel tous les dix ans), souligne Denise Antona. «Il faut favoriser une politique de rappels effectués à l'occasion de toute consultation chez le médecin traitant dont le rôle doit être de souligner l'importance de cette vaccination très bien tolérée», insiste la chercheuse de l'InVS. Les cas surviennent en effet toujours chez des sujets «mal ou non vaccinés» et cette infection entraîne dans tous les cas une hospitalisation prolongée en service de réanimation, s'avère souvent mortelle et peut entraîner des séquelles physiques importantes.

Le vaccin contre le tétanos est l'un des composants du vaccin DTCPolio Hib, recommandé aux nourrissons dès l'âge de 2 mois. La vaccination nécessite trois injections réalisées à un mois d'intervalle. Un premier rappel doit être fait à l'âge de 16 à 18 mois.

EN SAVOIR PLUS:

» La vaccination contre le tétanos, chez l'enfant et l'adulte

» Qu'est-ce que le tétanos?

 Source le figaro.fr

Les commentaires sont fermés.