UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2012

COMMENT REPÉRER LES OGM DANS NOS ASSIETTES

 

mais-ogm.jpeg

 

La réglementation impose un étiquetage des produits contenant plus de 0,9% d'OGM. Les autres entrent alors dans notre alimentation à notre insu, dénonce Greenpeace, qui demande la suspension des autorisations du maïs transgénique.

 

Le «sans-OGM» a la cote ces jours-ci. L'étude choc sur la toxicité des organismes génétiquement modifiés, publiée mi-septembre, a semé le trouble chez les consommateurs dans les rayons des supermarchés. Selon un sondage Ifop, réalisé après la publication de cette étude, 79% des Français étaient inquiets de la présence d'OGM dans leur alimentation. «Ce climat d'inquiétude ne peut continuer», réagit l'association de consommateurs CLCV. Se voulant rassurante, l'UFC-Que choisir avance que «le risque immédiat est quasi inexistant pour le consommateur français, car, mis à part quelques rares aliments d'importation, les végétaux transgéniques sont absents de nos assiettes ou presque». Un doute que près de 130 organisations, dont le Fonds mondial pour la nature (WWF), Greenpeace et Attac, ne supportent plus. Elles ont demandé mercredi au gouvernement de suspendre les autorisations du maïs transgénique NK603, mis en cause par l'étude.

Comment repérer les OGM dans nos produits? En tout, l'Union européenne autorise la consommation de 46 OGM, dont 26 variétés de maïs et, en moindre mesure, de soja, coton, colza, pomme de terre et betterave. Ces produits sont majoritairement importés, puisque la culture est très limitée en Europe, et même interdite en France. Ils sont utilisés pour nourrir les animaux ou comme ingrédients ou additifs qui peuvent potentiellement se retrouver dans les céréales, biscuits, sauces ou plats cuisinés consommés par l'homme. «Dans la mesure où les consommateurs rejettent les produits transgéniques, les professionnels se débrouillent pour ne pas en utiliser», assure l'UFC. Et ce d'autant plus que la réglementation européenne impose un étiquetage des aliments contenant plus de 0,9% d'OGM.

Le «sans-OGM», outil marketing pour la grande distribution

«Cependant, encore beaucoup de produits sont issus d'animaux nourris avec des OGM. Ils entrent alors dans notre alimentation à notre insu», déplore Greenpeace qui a publié un Guide des produits avec ou sans OGM afin de «pallier les insuffisances de l'étiquetage». C'est le cas, par exemple, du soja importé d'Amérique du Nord et d'Amérique du Sud, majoritairement transgénique, qui se retrouve dans les mangeoires de dizaines de millions d'animaux élevés en France. Or «il n'y a pas d'obligation d'étiquetage pour les produits issus d'animaux», que ce soit de la viande, du lait ou des œufs, souligne l'organisation. Dans son inventaire, Greenpeace adresse un carton rouge aux marques de distributeurs (MDD) qui, selon l'organisation non gouvernementale, mettent souvent en rayon des produits provenant d'animaux nourris aux OGM et souligne que les labels rouges et appellations d'origine contrôlée (AOC) ne garantissent pas une non-utilisation d'ingrédients transgéniques. En revanche, selon Greenpeace, tous les produits «bio» sont garantis «sans OGM».

 

Face à cette fronde anti-OGM, le gouvernement calme le jeu. En attendant le verdict des autorités sanitaires française et européenne sur l'étude choc, le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, a rappelé qu'il existait depuis le 1er juillet dernier un étiquetage «sans OGM» pour aider les consommateurs à faire leur choix. Les nouvelles mentions «nourri sans OGM» ou «issu d'animaux nourris sans OGM» permettent désormais d'identifier les produits d'origine animale sans trace de composants transgéniques. «La filière “sans OGM” obtient ainsi une visibilité salutaire», applaudit l'UFC. S'il est facultatif, cet étiquetage peut s'avérer un bon outil marketing pour les distributeurs à l'heure où le grand public cherche à se rassurer. Pionnier dans ces nouvelles indications, Carrefour s'est ainsi empressé de rappeler qu'il avait mis en place un étiquetage «sans OGM» sur plus de 300 produits dès octobre 2010.

LIRE AUSSI:

» L'étude sur les OGM fortement contestée

» VIDEO - Qu'est-ce qu'un organisme génétiquement modifié?

» OGM: Le Foll veut revoir les protocoles européens

» Pourquoi les OGM sont-ils acceptés en pharmacie et contestés dans l'alimentation?

» Les Canadiens misent aussi sur le «sans-OGM»

(source leFigaro.fr //Isabelle de Foucaud)

Les commentaires sont fermés.