UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2013

MEMOIRE : DES DISTRACTIONS POUR AIDER LES SENIORS

 

Couple.jpg

 

Une expérience a démontré que l'on pouvait pousser les performances mnésiques des personnes âgées au même niveau que celles des plus jeunes.

 

La mémoire est de moins en moins fiable avec l'âge, même s'il existe de grandes variations entre les individus. Autre inconvénient, peut-être moins connu, le fait que l'on se laisse plus facilement distraire à 70 ans qu'à 20 ans. Pourtant, il serait possible de contourner ces handicaps inhérents au vieillissement.

Lynn Hasher, professeur de psychologie à l'Université de Toronto (Canada), mène depuis plus de trente ans des recherches sur l'évolution de l'attention avec l'âge. L'an dernier, elle publiait les résultats d'une expérience menée avec deux doctorantes, Renée Biss et Karen Campbell, qui confirmait à quel point les sexagénaires et les septuagénaires encombrent leur mémoire de souvenirs inutiles. Une information futile peut parfois s'ancrer durablement là où un sujet plus jeune l'éliminera rapidement. Hasher et son équipe se sont demandés s'il n'était pas possible de transformer en avantage cette faiblesse de l'attention. Les résultats ont été publiés le 20 février dans la revue Psychological Science .

Dans un premier test, les sujets devaient se souvenir d'une liste de mots et la restituer dans l'ordre. Sans surprise, les jeunes de moins de 30 ans ont mieux réussi que les plus de 60 ans. Mais là où l'expérience est devenue plus étonnante, c'est en démontrant que l'on pouvait pousser les performances mnésiques des seniors au même niveau que celles des plus jeunes. En pratique, les chercheurs ont projeté des micro-rappels des mots utilisés lors la première expérience, pendant qu'ils effectuaient un second test, visuel celui-là, qui n'avait plus rien à voir avec la mémorisation verbale.

Dans un troisième test, les sujets devaient à nouveau réciter les mots du premier test. Résultat: une amélioration de la mémorisation des mots. Il suffirait donc de transformer en distractions les éléments dont les seniors veulent se souvenir (alarmes, Post-it, objets) et de réduire les risques de distraction lorsqu'il s'agit d'effectuer une tâche nécessitant une attention maximale. Mais l'activité intellectuelle reste essentielle au maintien des fonctions cognitives.

EN SAVOIR PLUS:

» Les ateliers mémoire

LIRE AUSSI:

» L'exercice physique dope le cerveau à tout âge

» Que signifient les troubles bénins de la mémoire? 

(Source : LeFigaro.fr /Par Damien Mascret)


Les commentaires sont fermés.