UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2013

HYPERTENSION : CES ACTIVITES QUI SOULAGENT

 

maigrirtéléchargement.jpeg

Exercice physique, yoga ou méditation peuvent aider à lutter contre l'hypertension.

 

Sur les 11 millions de Français traités pour hypertension, la moitié seulement ont une tension normalisée. Pourtant, près du quart d'entre eux estiment avoir «trop de médicaments à prendre». «Depuis la publication du livre de Philippe Even et Bernard Debré*, les patients sont devenus plus soupçonneux et certains sont tentés de se passer de leurs médicaments», constate le professeur Jean-Jacques Mourad, ancien président du Comité français de lutte contre l'hypertension artérielle (CFLHTA). Or, la pression altère les artères, accélère leur vieillissement, s'attaque au cœur, aux reins et au cerveau… Contrôler son niveau tensionnel contribue à diminuer le risque de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral, de démence ou encore d'insuffisance rénale. Les médicaments sont les moyens les plus efficaces pour parvenir à maintenir une tension au-dessous du seuil de 140/90 mmHg. Mais une nouvelle analyse de l'American Heart Association publiée dans la revue Hypertensionmontre que certaines thérapeutiques alternatives peuvent aussi faire baisser la tension.

Un groupe d'experts a évalué trois catégories alternatives: les régimes d'exercice, les thérapies comportementales comme la méditation, et des procédures ou des dispositifs, y compris l'acupuncture et un appareil pour apprendre à respirer lentement. Selon cette analyse, seul l'exercice physique d'endurance possède un niveau de preuve nécessaire. «Mais attention, aucune de ces méthodes alternatives n'a fait l'objet d'études aussi fiables et complètes que le médicament», met en garde Jean-Jacques Mourad. Le yoga, la méditation, la respiration lente apparaissent éventuellement intéressants pour certains patients mais le nombre d'études sur ces alternatives est trop faible pour en apporter la preuve.

«Dans les faits nous ne décourageons pas les patients de pratiquer ces activités si cela améliore leur bien-être, mais cela sera sans effet sur la pression artérielle», explique le professeur Stéphane Laurent, membre du bureau de la Société française d'hypertension artérielle. Et, comme le rappellent les auteurs de cette étude, la plupart des approches alternatives ne réduisent la pression artérielle systolique que de 2 à 10 mm Hg, alors que des doses standards d'un médicament vont diminuer la pression d'environ 10-15 mm Hg. Cette baisse, si minime soit-elle, peut cependant permettre aux hypertendus légers, dits «de grade» I (140-150/80-90), de se passer de médicament. «Mais à condition qu'il n'y ait pas de facteurs de risques cardio-vasculaires associés comme le diabète, du cholestérol… Si c'est le cas, le traitement s'impose», met en garde Stéphane Laurent.

Et si, dans un premier temps, les méthodes alternatives se substituent au médicament, inutile d'imaginer pourvoir y échapper un jour. «Cela peut retarder le vieillissement des artères et la prise du médicament mais, tôt ou tard, l'antihypertenseur devient nécessaire», insiste le docteur Bernard Vaisse, président du CFLHTA. Les méthodes alternatives peuvent également aider les hypertendus sous traitements à alléger leur ordonnance ou à affronter certaines situations particulières. Bernard Vaisse raconte que, chez certains de ses patients qui ont des poussées hypertensives lors de réunions stressantes, il recommande de pratiquer une activité physique un peu avant ces rendez-vous.

«Travailler sur la motivation»

Mais pour observer une action durable sur la pression artérielle, il faut pratiquer une activité physique d'endurance comme la marche rapide, la natation, le vélo…, 30 minutes par jour pendant cinq jours sur sept. «C'est contraignant, lorsque l'on sait que 42 % des Françaises n'atteignent pas la durée d'activité physique recommandée de 2 heures et demie par semaine. C'est pourquoi nous essayons de travailler sur la motivation», explique le professeur Claire Mounier-Vehier, vice-présidente de la Fédération française de cardiologie. «Par exemple, je prescris 10 minutes de vélo d'appartement pendant dix minutes 2 fois par semaine, puis pendant 15 minutes 3 fois par semaine…»

Mais attention, prévient la spécialiste, toute reprise d'activité physique après 50 ans nécessite de réaliser une épreuve d'effort. Après 70 ans, elle propose une rééducation et des activités comme l'aquagym ou les thés dansants…

Enfin, d'autres règles d'hygiène de vie sont également à respecter. «Comme vont le rappeler en juin prochain les recommandations européennes des sociétés de cardiologies et d'hypertension, cinq règles d'hygiène de vie sont importantes dans l'hypertension: le contrôle du sel à 5 g/j, la limitation 2 verres de vin par jour pour l'homme et 1 chez la femme, le régime méditerranéen, un IMC inférieur et l'arrêt du tabac», conclut Stéphane Laurent.

*«Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux», éd. Le Cherche Midi.

LIRE AUSSI: 

Hypertension: les bienfaits de l'activité physique 

Hypertension: le cri d'alarme des cardiologues 

Comment bien normaliser son hypertension artérielle 

(source LeFigaro.fr // Par Anne Prigent)

Les commentaires sont fermés.