UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2013

ACCIDENTS DE LA VIE COURANTE : UN RISQUE MECONNU

 

 

accident-domestique-enfant-472x230.jpg

Une enquête réalisée par Gema Prévention révèle que les Français méconnaissent les dangers liés aux accidents de la vie courante. Pourtant l'enjeu est de taille. Ces chutes, incendies, noyades ou encore ces intoxications représentent la troisième cause de mortalité en France et tuent chaque année plus de 20.000 personnes.

 

«Chutes, incendies, noyades, intoxications… les accidents de la vie courante pourraient, dans la plupart des cas, être évités», indique-t-on chez Gema Prévention dont l'enquête réalisée auprès des Français et rendue publique ce mercredi révèle que ces derniers en méconnaissent les dangers.

Pourtant l'enjeu est de taille: ces accidents qui frappent essentiellement les enfants et les personnes âgées représentent la troisième cause de mortalité en France. Ils tuent chaque année plus de 20.000 personnes, en blessent 4,5 millions et représentent la première cause de décès chez les petits de 1 à 4 ans. Chiffre terrifiant: un accident domestique grave se produit toutes les trois minutes en France.

Ainsi, Gema Prévention, qui s'est associé à l'institut de sondage OpinionWay pour mener l'étude, signale que, parmi les menaces sur le foyer, les accidents de la vie courante sont minimisés. Par ailleurs, il apparaît que les mères de famille confondent accidents de la vie courante et accidents de la route. «Elles citent même en premier, parmi les accidents de la vie courante les plus dangereux, ces derniers», indique-t-on chez Gema Prévention. Or, si l'insécurité routière a tué 3645 personnes en 2012, on est loin des 20.000 morts à cause d'un accident domestique.

Par ailleurs, quand les mères de famille sont interrogées sur le classement des accidents les plus fréquents, elles sont encore dans l'erreur! Par ordre d'importance, elles citent les chutes, les brûlures, les intoxications (qui ont tué pas moins de 1376 personnes en 2008) et les noyades en dernier lieu, alors même qu'il s'agit de la première cause de décès chez les moins de 25 ans!

Autre enseignement de l'étude: l'identification des lieux dangereux est également éloignée de la réalité. Alors que le logement concentre la majorité des risques, 22 % pensent qu'aucune des pièces de la maison ne représente potentiellement un danger. Un bon point tout de même: les Français identifient bien la cuisine comme le lieu de la maison le moins sûr. Mais ils sous-estiment les risques dans certaines autres pièces. Ils citent ainsi comme zones de danger la salle de bains (39%), puis le garage (27 %), le jardin (16 %) et enfin le salon (7 %) alors que ce dernier est justement à haut risque. 21% des accidents s'y produisent!

Enfin, les réponses des Français révèlent qu'ils méconnaissent le profil des victimes. Les enfants en bas âge (de 0 à 4 ans) sont identifiés comme les personnes les plus vulnérables face aux dangers d'une habitation. Or les seniors sont les premières victimes. «À titre d'exemple, les chutes causent près de 9400 décès par an, dont 88 % des victimes sont des personnes âgées de plus de 65 ans. Et parmi les 3000 personnes qui décèdent par an à la suite de suffocation et étouffement, deux tiers surviennent chez les personnes âgées de plus de 75 ans», rappelle-t-on chez Gema Prévention qui, en vue de réduire la sinistralité à la maison et mieux informer, a créé une page Facebook contenant foule de conseils utiles. Un complément à la brochure d'informations qu'il est possible de télécharger sur son site.

Enfin, l'étude souligne que près d'un Français sur cinq ne connaît pas le numéro d'appel des pompiers et un sur quatre ignore comment contacter la police ou le Samu. De quoi être parfaitement inefficace alors que, dans ces situations d'urgence, chaque seconde compte pour sauver une vie.

 (Source LeFigaro.fr / Angélique Négroni)


 

Dimanche, c’est la fête des « MEERT »
MEERT a pensé à toutes les mamans qui nous donnent chaque jour tant d’amour. Pour la Fête des Mères, nous proposons à votre gourmandise de délicieux Cœurs en chocolat garnis, fondants comme le cœur d’une maman, pour les remercier de tout ce qu’elles nous apportent.

Composition des coffrets :

un grand cœur rouge en chocolat
trois petits cœurs : Jivara (ananas & lait), blond dulce et caraïbe noir
trois ou quatre chocolats selon coffrets : douceur poivrée (ananas & gingembre), craquant d'amour (70% de cacao & amandes), douceur fleurie (violette & citron) et douceur mandarine (ganache mandarine)


les adresses :

Lille au 27 rue Esquermoise
Printemps de Lille, rue Nationale 3ème étage
Paris Marais au 16 rue Elzévir (3ème)
Paris Saint Germain au 3 rue Jacques Callot (6ème)

Meert visuel_principal_4.jpg

Les commentaires sont fermés.