UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2013

SANTE : MOINS DE RUPTURE D'ANEVRISME CHEZ LES GROS MANGEURS DE FRUITS

Pommes_Honeycrisp.jpg

 

Une vaste étude suédoise confirme la protection dont bénéficient les consommateurs réguliers de fruits alors que les légumes semblent sans effet.

«Une pomme par jour éloigne le médecin.» La vaste étude suédoise publiée le 21 août dans la revue Circulation confirme le bien-fondé de ce proverbe anglais. De plus, Winston Churchill, gros fumeur de cigares, avait bien tort de se moquer de la sagesse populaire en ajoutant «à condition de bien viser» car le bénéfice est encore plus net pour les fumeurs. Il est vrai qu'ils sont à risque cardio-vasculaire accru.

Les chercheurs de l'institut Karolinska de Stockholm et de l'université d'Uppsala ont donc étudié pendant treize ans sur plus de 80.000 personnes âgées de 46 à 84 ans l'effet de la consommation de fruits et légumes sur la survenue des anévrismes de l'aorte abdominale et leur éventuelle rupture. En effet lorsqu'une artère se dilate anormalement (anévrisme), le risque qu'elle se rompe augmente considérablement.

Dans plus de deux cas sur trois la rupture d'un anévrisme de l'aorte est fatal. Ils sont plus fréquents chez les hommes et les fumeurs. Leur fréquence augmente surtout avec l'âge: 2,2 % des hommes de plus 65 ans ont un anévrisme, souvent sans le savoir, mais seul 1/1 000 est à fort risque de rupture.

Le Dr Otto Stackelberg et ses collègues ont divisé la population étudiée en quatre groupes en fonction de leur consommation quotidienne de fruits. Les gros consommateurs (ceux qui mangent l'équivalent de plus de deux fruits de taille moyenne par jour, NDLR) ont vu leur risque d'anévrisme diminuer de 25 % par rapport à ceux qui prenaient moins de 5 fruits par semaine. En outre, le risque de rompre un anévrisme baissait proportionellement à la quantité de fruits consommés. La réduction atteint ainsi 44 % avec trois fruits par jour. Le bénéfice des fruits est aussi très net chez les fumeurs.

Pas d'interdits

«Tout le monde devrait consommer quotidiennement la quantité de fruits et légumes recommandée, pas seulement les fumeurs», explique au Figaro le Dr Stackelberg. «Aux fumeurs, il faut surtout conseiller d'arrêter de fumer», ajoute-t-il. Les chercheurs n'ont en revanche pas trouvé d'effet spécifique lié à des fruits particuliers. Les Suédois consomment surtout des pommes et des poires, ainsi que des bananes et des oranges. Pour le Pr François Paillard, cardiologue au CHU Pontchaillou de Rennes, «il ne faut pas tirer de conclusion trop hâtive car les quatre groupes ont des profils très différents que ne résument pas la consommation de fruits».

Les légumes n'ont apparemment pas d'influence sur l'anévrisme. «Mais même si les légumes ne semblent pas associés à cette maladie en particulier, ils ont prouvé qu'ils réduisaient le risque d'autres maladies», corrige le Dr Stackelberg. Les chercheurs suédois émettent notamment l'hypothèse d'un effet bénéfique des fruits dû à des antioxydants différents d'avec les légumes. Pour le Pr Paillard, «la piste des antioxydants est évidemment privilégiée mais la consommation de fruits pourrait aussi avoir un impact favorable sur la cholestérolémie et la pression artérielle»

 

 

 

(source LeFigaro.fr // Damien Mascret)

Les commentaires sont fermés.