UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2013

WEB // ELECTRONIQUE : LES " GOOGLE GLASS"

 

google-glass.jpg

Annoncées comme la prochaine révolution de l'électronique grand public, les lunettes interactives de Google ont été présentées lundi matin à la presse française.

Après les États-Unis, l'Europe. Google avait invité les journalistes français, lundi, à venir tester rapidement ses lunettes interactives. L'occasion d'en savoir plus sur un projet qui suscite autant l'enthousiasme que l'inquiétude, plusieurs observateurs s'interrogeant sur la sécurité des données, sur les règles de protection de la vie privée et les risques d'intrusion dans l'intimité des gens qu'on croise. D'autant qu'après leur lancement, prévu courant 2014, elles pourraient rapidement s'imposer dans le grand public. Selon les analystes de Business Insider, les ventes de lunettes connectées devraient atteindre plus de 20 millions d'unités fin 2018, ce qui représentera un marché de 10,5 milliards de dollars.

Le principe: pouvoir accéder immédiatement à des informations pratiques provenant d'Internet par l'intermédiaire d'un minuscule écran semi-transparent fixé sur une monture de lunettes. «Ainsi, l'utilisateur reste en prise avec le monde réel au lieu de garder le nez collé sur l'écran de son smartphone», explique une démonstratrice venue des États-Unis. Une fois les lunettes en place, on constate que le petit écran se fait très discret, dans le coin supérieur de l'œil droit. On y découvre les commandes à dicter à la voix: prendre une photo ou une vidéo, afficher un itinéraire pour se rendre d'un point à un autre, interroger Google ou consulter un message entrant. En tapotant ou en faisant glisser le doigt contre la branche droite, quelques gestes simples suffisent à contrôler l'essentiel des commandes: allumer ou éteindre l'écran, revenir au menu principal, naviguer dans l'historique des actions précédentes.

Un minimum d'apprentissage

Le reste s'effectue à la voix. On remarque au passage que les Google Glass n'identifient pas la voix de leur propriétaire. Si mon voisin prononce la commande «prends une photo», les lunettes s'exécutent sans broncher. D'ailleurs, les photos qu'on prend avec les Google Glass sont loin d'être exemplaires. Impossible de cadrer précisément ni de zoomer, et le rendu est médiocre, avec des couleurs passées et des contours flous. Pour nous rassurer, la démonstratrice précise qu'il est «impossible d'identifier une personne avec l'appareil photo: Google ne veut pas développer la reconnaissance de visage pour des raisons de sécurité et de respect de la vie privée.» Jusqu'à quand?

La navigation GPS est plus intéressante. La carte s'affiche sur le petit écran avec des flèches qui indiquent la direction à suivre, soit à pied, soit en voiture. On peut désactiver l'affichage pour s'en tenir aux instructions vocales, mais le système d'amplification audio par conduction osseuse, sur la branche de la lunette, laisse à désirer, d'autant qu'il est impossible de régler le volume.

 

Au final, même s'il s'agit encore d'une préversion, on retient quelques bonnes idées (plus besoin de fixer l'écran du mobile pour obtenir rapidement une information ou suivre un itinéraire), même s'il faut un minimum d'apprentissage pour s'habituer à l'interface en jonglant entre les commandes vocales et les commandes au doigt. Les questions d'usage et de sécurité, elles, continueront de se poser jusqu'au lancement des Google Glass, prévu l'an prochain.

(source leFigaro.fr )

Les commentaires sont fermés.