UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2013

L'EXERCICE PHYSIQUE LIMITE LES FRACTURES DES PERSONNES AGÉES

 

iStock_000017068015XSmall.jpg

 

L'activité physique réduit de 60% le risque de chute avec fracture chez le patient âgé.

 

Chaque année, environ un tiers des personnes âgées de 65 ans et la moitié des plus de 80 ans vivant à domicile font une chute. Si toutes les dégringolades ne se terminent pas par une fracture du col du fémur, les blessures sont bien plus fréquentes que chez les adultes jeunes. Or, l'exercice physique permettrait non seulement de prévenir ces accidents, mais également de réduire le taux de culbutes entraînant un traumatisme grave ou une fracture.

Selon une métanalyse réalisée par l'équipe de Patricia Dargent de l'Inserm et publiée dans le British Médical Journal, l'exercice physique diminuerait de 43% le risque de chute avec blessure grave et de 60% le risque de chute avec fracture. «Plusieurs études avaient montré l'intérêt de certains exercices dans la prévention des chutes. Mais jusqu'à présent, il n'était pas évident qu'ils diminuent les risques de fractures car d'autres facteurs, comme l'ostéoporose, interviennent», explique au Figaro Patricia Dargent.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont analysés 17 essais réalisés dans le monde entier pour un total de 2195 personnes faisant de l'exercice et un groupe témoin de 2110 personnes n'en faisant pas. Les participants à l'étude, âgés en moyenne de 76 ans et dont 77% étaient des femmes, ont suivi des programmes distincts. Parmi ceux-ci, deux consistaient à faire du Tai-Chi, un art martial doux, tandis que les autres étaient des exercices d'équilibre et de renforcement musculaire.

«La chute appelle la chute»

Ces activités profiteraient particulièrement aux personnes les plus susceptibles de tomber, c'est-à-dire celles qui ont perdu leur équilibre. «C'est facile à évaluer: il suffit de tenir 5 secondes en équilibre sur une jambe. Les personnes qui n'y parviennent pas multiplient par trois le risque de chute», explique Bruno Vellas, coordonateur du gérontopôle de Toulouse.

Et lorsque vous vous retrouvez à terre une première fois, il y a de fortes chances que vous tombiez à nouveau. Car si les conséquences physiques d'une chute sont très variables, l'impact psychologique se révèle généralement ravageur. «La chute appelle la chute. Les personnes qui chutent craignent de retomber et s'inscrivent dans un cercle vicieux en perdant leurs réflexes posturaux», met en garde le Pr Claude Jandel, gériatre et chef de service au CHU de Montpellier. C'est ce qu'on appelle le syndrome post-chute. Il frappe plus particulièrement les personnes qui ne parviennent pas à se relever seules et qui restent parfois de longues heures, voire toute une nuit allongées sur le dos. Une situation fréquente. En effet, à partir d'un certain âge, nous oublions les séquences de gestes nécessaires à réaliser pour se relever. Passer du dos sur le ventre, se mettre à quatre pattes puis avancer jusqu'à un meuble pour prendre appui afin de se mettre debout. Cela paraît simple lorsqu'on est adulte, mais à partir d'un certain âge, cela s'apprend … de préférence avant la première chute.

EN SAVOIR PLUS:

» Les chutes chez les personnes âgées

LIRE AUSSI:

» Les chutes des personnes âgées mieux comprises

» Cinq conseils pour éviter de tomber à la maison 

(source LeFigaro.fr // Par Anne Prigent)

Les commentaires sont fermés.