UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2013

TABAC : LE LUNDI, JOUR PREFERE POUR ARRÊTER DE FUMER

 

arreter_de_fumer_bon_pour_la_sante.jpg

Les tentatives pour arrêter de fumer varient en fréquence selon le jour de la semaine, révèlent des chercheurs américains.

 

Toutes les Saint-Sylvestre, c'est bien connu, de nombreux fumeurs prennent la bonne résolution d'arrêter la cigarette. Ce que l'on sait moins, c'est que tous les lundis sont des 1er janvier en puissance. Pendant quatre ans (de 2008 à 2012), des chercheurs américains ont recensé les recherches sur Google du type «arrêter de fumer» en six langues (français, anglais, espagnol, portugais, chinois et russe). Leurs observations, parues dans la revue JAMA Internal Medicine , ont montré que ces requêtes sont 25 % plus nombreuses le lundi que les autres jours.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont utilisé l'outil de Google Tendances des recherches, accessible à tous. Ce programme permet de repérer l'évolution des recherches Google en temps réel sur un sujet, ou de savoir lesquelles sont les plus populaires. Les chercheurs ont retenu celles qui incluaient les termes «arrêter» et «fumer». Sur un total de 8 millions de requêtes par an, on en dénombrait 153.800 de plus le lundi que les autres jours en moyenne. En langue anglaise, la différence était de 1% par rapport au mardi, de 11% par rapport au mercredi, de 22% par rapport au jeudi… Une baisse constante jusqu'au samedi (-145%).

jayers2.jpgJohn W. Ayers, (photo) professeur à l'École de santé publique de l'université d'État de San Diego et auteur de l'étude, rappelle que le lundi est déjà connu pour d'autres particularités. C'est aussi le jour «où vous avez le plus de chances d'avoir une grippe, une migraine ou une attaque» déclare-t-il au New York Times. L'explication est-elle biologique ou sociologique? «Ce pourrait être l'interaction des deux», répond-t-il. Malgré ces questionnements que des études plus poussées pourraient résoudre, le chercheur déduit déjà des applications pragmatiques. La découverte d'un rythme hebdomadaire de l'envie d'arrêter de fumer peut avoir «un impact immédiat sur la gestion des interventions de santé publique», par exemple en concentrant les opérations prévention contre le tabac les jours où les gens y seront le plus réceptifs.

Lundi prochain, peut-être l'occasion de tenter sa chance :-)

LIRE AUSSI:

» Arrêter de fumer diminue l'anxiété

» Fumer moins ne réduit pas la mortalité

» Le tabac accélère le vieillissement du visage

EN SAVOIR PLUS:

»Difficultés à arrêter de fumer

»La dépendance au tabac

(source LeFigaro.fr /Par Sara Bergez)

Les commentaires sont fermés.