UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2013

AUTOMOBILE : QUELS RISQUES A ROULER AU FIOUL ?

 

pompe-diesel.jpg

De plus en plus d'automobilistes remplacent le gazole par le fioul domestique, moins cher. Quels sont les risques qu'encourent ces fraudeurs?

 

Il n'y a pas de petites économies. Conséquence immédiate de la crise et de la perte de pouvoir d'achat, de plus en plus d'automobilistes sont tentés de remplir le réservoir de leur véhicule de fioul domestique, au lieu du gazole routier. Le passage de ce gazole de couleur verte au gazole destiné aux chaudières ou pour les engins de chantier permet en effet d'économiser de précieux euros. Reconnaissable à sa couleur rouge, le gazole non routier est facturé 0,90 € le litre, contre plus de 1,30 €/l pour le gazole. À chaque fois que vous remplissez votre réservoir de 50 litres, l'économie peut facilement dépasser les 20 €. Pour l'État, ce petit arrangement constitue un manque à gagner puisqu'il n'encaisse pas le produit des taxes inhérentes au gazole routier alors que le fioul domestique bénéficie de taxes allégées. Cette fraude est sanctionnée sévèrement par le Code des douanes qui prévoit une amende pouvant être comprise entre une et deux fois la valeur de la fraude, la confiscation des objets servant à masquer la fraude et même une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans. Reste à constater la fraude. À moins de surveiller les stations-service et de prendre le contrevenant sur le vif, seul un prélèvement permet de vérifier la couleur du carburant. On n'a pas encore vu un agent des douanes siphonner un réservoir à essence!

Si les fraudeurs s'exposent à des sanctions en cas de découverte du fameux carburant rouge, il faut savoir que l'usage du gazole pour chaudières n'a aucune incidence sur la fiabilité et la longévité des moteurs. Un organisme automobile qui a tenu à garder l'anonymat confirme que les moteurs les plus récents équipés de filtre à particules peuvent également recourir à ce carburant agricole. Le seul impact tient à l'augmentation de la teneur en soufre. Et côté environnement, il n'existe pas non plus de contre-indication. L'utilisation du carburant rouge n'augmentera pas les émissions de CO2, ni la consommation.

 

(source LeFigaro.fr / Sylvain Reisser)

Les commentaires sont fermés.