UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2014

CONSOMMATION : MAGASINS HARD DISCOUNT PAS TOUJOURS MOINS CHERS

 

super 12102010021-f816e.jpg

INFOGRAPHIE - Les hypermarchés proposent les prix les plus compétitifs sur les produits d'entrée de gamme, selon l'Observatoire annuel de l'association Famille Rurale.

 

Les magasins hard discount ne sont plus les rois des prix imbattables, loin s'en faut. Ce sont en effet les hypermarchés, loin devant les enseignes de hard-discount, qui affichent les prix les plus bas en 2013, selon l'Observatoire annuel de l'association Famille Rurale.

Les paniers d'entrée de gamme garnis d'eau, de biscuits, de jus de fruits, de desserts, de confitures, de produits laitiers, de lessive ou encore de produits d'hygiène, de Familles Rurales ont été commercialisés 90,4 euros dans les hypermarchés. Ces mêmes paniers «premiers prix» se sont vendus 94,13 euros en 2013 dans les supermarchés et 103,65 euros dans les hard-discount, selon cette étude qui compare l'évolution des prix de 35 produits.

Ces différences s'expliquent notamment par une évolution contradictoire des prix affichés dans les différentes enseignes. Alors que les tarifs des paniers premiers prix ont baissé de 0,88% dans les hypermarchés, ils se sont envolés de 2,42% dans les magasins hard-discount.

 

Les hypermarchés misent sur les premiers prix

En difficulté, les géants de la grande distribution se livrent en effet une concurrence acharnée pour attirer les clients. Les hypermarchés viennent ainsi directement chasser sur les terres des hard-discounters en proposant des produits d'entrée de gamme: ils ont baissé leur prix pour proposer les «premiers prix» les plus compétitifs, avec en filigrane des conséquences inévitables sur les fournisseurs.

Privé de leur principal atout - le prix -, les magasins de hard discount ne cessent de perdre du terrain en France. Les fermetures se sont accélérées: 151 magasins ont fermé leurs portes entre août 2012 et 2013 selon Nielsen, et 10 ont été transformés en supermarchés, illustrant l'essoufflement du concept. Pour survivre, plusieurs spécialistes des produits à bas prix repensent ainsi leur stratégie: les très urbains Dia et Leader Price (groupe Casino) ainsi que Lidl ont délaissé d'eux-mêmes leur positionnement pour se concentrer sur la proximité.

Les supermarchés privilégient les grandes marques

Les supermarchés - dont les surfaces sont comprises entre 400 et 2500 mètres carrés là où les hypermarchés touchent toutes les enseignes plus grandes - ont adopté une stratégie différente. Ils privilégient, eux, les grandes marques.

Ainsi, comme en 2012, le panel «marques nationales» est moins cher dans les supermarchés alors que ce sont les hypermarchés qui pratiquent les meilleurs prix pour les «marques de distributeur» et les produits «premiers prix».

 

Plus globalement, après avoir augmenté de 3,49% en 2012 à un niveau historiquement élevé, le panier moyen des consommateurs a baissé en 2013 de 1,32%. Ainsi c'est le consommateur qui sort le grand gagnant de cette concurrence acharnée entre géants de la grande distribution.



La rédaction vous conseille :

 

(source LeFigaro.fr /Mathilde Golla)

Les commentaires sont fermés.