UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2014

SANTÉ : SEUL UN FRANÇAIS SUR CINQ FINIT SES JOURS CHEZ LUI

 

HOPITAL110211-060225-lit_hopital_400.jpg

 

Malgré le souhait largement exprimé de terminer sa vie à la maison, la mort à l'hôpital reste majoritaire.

 

Mourir chez soi, dans un environnement familier, est un souhait répandu chez les personnes âgées. Pourtant, c'est loin d'être la réalité pour la grande majorité des Français, puisque seulement un décès sur cinq a lieu au domicile de la personne, contre trois à l'hôpital, selon une étude de l'Institut national d'études démographiques (Ined) .

Selon cette enquête qui se base sur 4093 décès en décembre 2009 (les morts soudaines de type accident de voiture ont été exclues), 63 % des personnes étudiées sont mortes à l'hôpital, 18 % à domicile et 17 % en maison de retraite. Une répartition assez stable depuis 1990, notent les auteurs, qui constatent seulement un léger recul des décès à domicile au profit des maisons de retraite. En Europe, la France se trouve parmi les pays qui hospitalisent le plus, entre les Pays-Bas où 34 % des décès ont lieu à l'hôpital, et la Suède, où ce taux atteint 62 %.

Ces recherches montrent aussi que les transferts du domicile, ou de la maison de retraite, à l'hôpital s'accélèrent fortement à mesure que la mort approche. La plupart des personnes décédées résidaient encore chez elles un mois avant leur mort, notent les auteurs, mais sur les 28 derniers jours, «la proportion de personnes hospitalisées fait plus que doubler: près de 7 hommes sur 10 et de 6 femmes sur 10 décèdent à l'hôpital». Faire le chemin inverse, c'est-à-dire quitter l'hôpital sur les derniers jours de sa vie pour rentrer chez soi ou en maison de retraite, est rarissime. Cela ne concerne que 4 % des personnes, et c'est encore moins fréquent sur la dernière semaine de vie (0,6 %).

Former le personnel médical

Pris dans le détail, les résultats montrent que les femmes sont plus nombreuses à finir leurs jours en maison de retraite, notamment parce qu'elles y sont davantage représentées, en raison d'un veuvage plus fréquent. Les pathologies de fin de vie sont aussi de forts déterminants du lieu de résidence le dernier mois de vie. Les personnes souffrant de cancer ou de maladies infectieuses sont plus nombreuses à finir leurs jours à l'hôpital, celles qui présentent des maladies cardio-vasculaires se trouvent davantage chez elles, et celles qui souffrent de troubles mentaux sont plus souvent placées en maison de retraite.

Vincent Morel(1).jpgPour le Dr Vincent Morel, (photo)  président de la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs, cette étude montre bien que «les gens sont hospitalisés sur la toute fin de leur vie et qu'il s'agit d'un déplacement sans retour». Or, estime-t-il, on dispose désormais en France grâce à l'hospitalisation à domicile (HAD) et aux réseaux de soins palliatifs, de moyens qui pourraient éviter ce passage par l'hôpital à ceux qui le souhaitent, tout en prenant en charge le soulagement de leurs douleurs ou leurs traitements.

Il reste néanmoins des obstacles à lever. «Il faut davantage former les médecins et infirmiers libéraux et hospitaliers à ce que l'on est désormais capable de proposer en matière d'accompagnement de fin de vie à domicile. Cela permettrait d'éviter des hospitalisations non -voulues parce que le personnel médical ou les proches se sentent incapables de gérer l'aggravation de l'état du patient», explique le Dr Morel.

Reste un enseignement positif issu de cette étude: quel que soit le dernier lieu de résidence, la fin de vie est très majoritairement vécue en présence de la famille.

EN SAVOIR PLUS:

Les soins palliatifs

Qui peut prétendre aux soins palliatifs?

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Les soins palliatifs permettent de mieux vivre la fin de vie

Soins de support ou palliatifs: pour une médecine globale

Soins palliatifs: «On nous appelle souvent trop tard»

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.