UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2014

LA PARESSE NOUS VIENDRAIT DE NOS GÊNES

 

BeBe c6901a9bcecf25bc6a6c25bd150dbbed.jpg

La paresse est génétique, affirment des chercheurs américains. Mais lutter contre permettrait d'assurer un meilleur développement de notre cerveau.

 

Qu'on la nomme fainéantise, indolence ou mollesse, la paresse, cette «habitude de se reposer avant la fatigue» JR .jpegselon Jules Renard (photo) , n'a pas bonne presse. Bonne nouvelle pour ses adeptes, ils auront désormais des arguments à opposer à ceux qui les blâment de leur fâcheuse tendance à l'oisiveté.

La semaine dernière, une étude de l'université du Colorado indiquait dans Psychological Science que la procrastination, cet art de tout remettre au lendemain, était génétique (et liée à l'impulsivité).

Leurs confrères de l'University of Missouri College of Veterinary Medicine récidivent dans une étude publiée dans l'American Journal of Physiology. Pas de doute pour eux, la paresse est génétique. Gare cependant aux faux espoirs: la preuve n'est faite que chez… le rat.

Dix générations de rats

Les chercheurs ont placé une cinquantaine de rongeurs dans des cages munies d'une roue tournante. Puis ils ont calculé, six jours durant, le temps passé par chacun des rats à galoper. Ils ont alors fait s'accoupler les 26 plus actifs d'une part, et les 26 plus flemmards de l'autre. Les chercheurs ont ensuite répété l'opération sur dix générations de rongeurs, et se sont aperçus que la lignée des champions courait dix fois plus vite que les rats issus de la famille «paresseuse».

Des chercheurs paresseux auraient pu s'arrêter là, mais Franck Booth, qui a dirigé l'étude, ne s'en n'est pas contenté. Il a donc entrepris d'explorer le noyau accumbens des rats, zone du cerveau qui joue un rôle important dans le système de récompense. C'est, explique Franck Booth le «nœud ferroviaire» du cerveau, l'endroit où les échanges d'information sont les plus nombreux. Et ils y ont trouvé des niveaux de maturation neuronale plus importants chez les actifs. Franck Booth y voit un lien entre les gènes en jeu dans la motivation à faire, ou non, de l'exercice, et ceux impliqués dans le développement cérébral. «Ceci pourrait montrer le bénéfice de l'exercice pour le développement mental chez les humains, en particulier chez les jeunes enfants dont le cerveau est en constant développement», précise-t-il.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Les sept péchés capitaux dans le prisme de la psychiatrie

Le sommeil, un enjeu majeur de santé publique

L'esprit de compétition est-il si bon?

(source LeFigaro.fr / Par Soline Roy)

Les commentaires sont fermés.