UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2014

REFORME PENALE : " CONSTRUIRE DES PLACES DE PRISON EST LA SEULE SOLUTION"

 

Canada-Prison-2.jpg

VOS RÉACTIONS - Christiane Taubira défend à l'Assemblée son projet de réforme pénale. Un projet qui unit la droite contre lui, mais rencontre une opposition moins frontale chez nos internautes.

Faut-il aller plus loin dans les peines alternatives à la prison? En matière de peines de probation, la France est déjà championne d'Europe, mais la garde des Sceaux veut aller plus loin. Dans un contexte de surpopulation carcérale persistante (en avril, le taux d'occupation carcérale était de 119%), le pari de la réforme pénale de Christiane Taubira est - entre autres - de proposer une alternative à la prison pour des délits passibles d'une peine de moins de 5 ans. Un projet débattu ce mardi à l'Assemblée, et qui, pour la droite, relève de la «câlinothérapie» pour délinquants.

Dans les commentaires du Figaro, on retrouve les partisans d'une justice plus sévère et déterminée à incarcérer ses condamnés. «J'ai une seule proposition: faire respecter la loi, s'énerve marc.citi. Aujourd'hui, des types arrêtés à plusieurs reprises sont toujours dehors et continuent agressions et vols. À partir de là, pourquoi ne pas continuer puisqu'on ne risque rien à enfreindre la loi?» L'internaute cherry.blossom s'indigne de ce qu'elle a pu apprendre ce matin de l'éditorialiste de RTL Alba Ventura : «Par amendement, des députés socialistes voulaient étendre cette contrainte pénale à tous les délinquants, soit jusqu'à dix ans d'emprisonnement! Ainsi, une agression sexuelle sur mineur ne serait plus sanctionnée par de la prison! On est en droit de s'interroger sur le bien-fondé d'une telle proposition…»

Chez une partie de nos internautes, on accuse souvent Christiane Taubira de privilégier la solution de la contrainte pénale par «idéologie» alors qu'il existe selon eux une autre solution contre la surpopulation carcérale et ses conséquences. Pour Rupicapra, «construire des places de prison est la seule solution (…). J'ajoute que l'état actuel de nos prisons est indigne d'un pays dit civilisé.» À la fin de son mandat, Nicolas Sarkozy prévoyait d'atteindre les 80.000 places de prison en France à l'horizon 2017. Christiane Taubira, quant à elle, a annoncé qu'il n'y en aura que 63.000 à cette échéance, et veut remédier à la surpopulation par des alternatives à la prison.

«C'est vrai: mettre tout le monde en prison est une idée géniale»

«Les peines de probation existent depuis plus de vingt ans dans des pays comme le Canada, le Royaume-Uni ou la Suède, et leur efficacité n'est plus à prouver», avance pourtant Newbb. Reprenant les chiffres de la garde des Sceaux, notre internaute défend le projet de loi: «De 2001 à 2012, le nombre de détenus a augmenté de 35% (…) et lorsqu'on leur a donné un sursis avec mise à l'épreuve, le taux de récidive est de 32% contre 61% pour ceux condamnés à de la prison ferme dans les cinq ans…»

«Attention à ne pas se cantonner à une approche binaire, temporise Hervé BRETON. Deux problèmes se posent: éviter que des primo-délinquants ne deviennent des monstres par la case prison, et lutter contre la surpopulation carcérale à l'heure où personne n'a envie de financer de nouvelles prisons par l'impôt…» Une appréciation que valide, avec ironie, notre internaute Michel Martin 8 : «C'est vrai: mettre tout le monde en prison, même pour un délit routier ou un vol de scooter, aura des effets géniaux. Grâce à cela, les petits délinquants en ressortiront avec un carnet d'adresses de voyous et des combines pour de plus gros méfaits…»

  • La rédaction vous conseille :

(source LeFigaro.fr /Maxime Bellec)

Les commentaires sont fermés.