UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2014

PIETONS : CE QU'IL FAUT SAVOIR POUR RESTER "DANS LES CLOUS"

dalles-passage-pieton-104627-4103151.jpg

 

À Saint-Etienne, 126 piétons ont été verbalisés vendredi pour des infractions au code de la route. Les autorités locales promettent d'autres contrôles pour tenter d'enrayer les accidents mortels. Car des obligations évidentes ou méconnues existent.

 

Pour discipliner les piétons, la préfecture de Saint-Etienne joue la carte de la répression. En 45 minutes, elle a infligé vendredi des amendes à 126 piétons et huit automobilistes, à la suite de sept décès enregistrés depuis janvier dans le département, dont quatre sur la circonscription de police de Saint-Etienne. L'opération a été menée vendredi matin conjointement avec la police municipale, sur huit sites différents de la ville, après deux opérations similaires de prévention. Et elle sera reconduite mardi matin, annonce la Direction départementale de la sécurité publique. L'occasion de revenir sur des règles qui paraissent évidentes, mais souvent peu respectées par les piétons.

● Les principes les plus évidents

Les piétons ont l'obligation d'utiliser les trottoirs ou accotements lorsqu'ils circulent dans une rue qui en est équipée. Sont assimilés à des piétons toute personne conduisant un véhicule «de petite dimension» sans moteur, que l'on pousse la voiture à pédale du petit dernier ou la chaise roulante de l'aïeul. Les cyclistes devront descendre de leur selle et marcher à côté de leur vélo. Lorsqu'il en existe un à moins de cinquante mètres, les piétons sont tenus de traverser en empruntant les passages cloutés. La route se traverse perpendiculairement à son axe. Il est interdit de traverser une place ou une intersection en diagonale. Enfin, le piéton ne doit s'engager que lorsque le pictogramme lumineux est vert.

● Les règles plus méconnues

Il est interdit de faire du vélo sur les trottoirs. Mais les enfants de moins de huit ans échappent à cette proscription, dans la mesure où ils conservent l'allure du pas et ne gênent pas les piétons. De même, les piétons sont exceptionnellement autorisés à marcher sur la chaussée, s'ils transportent des objets encombrants par exemple. Hors agglomération, quand les trottoirs sont inexistants, ils sont tenus de marcher sur le bord gauche de la chaussée dans le sens de leur marche, sauf si cela présente un risque. Mais cela se complique avec les cortèges, convois ou processions... pour qui la règle s'inverse. Ils devront donc se tenir sur la droite de la chaussée dans le sens de leur marche. La nuit, les groupes empruntant la route doivent être signalés à l'avant par un feu blanc, et à l'arrière par un feu rouge, éventuellement complétés de feux latéraux orangés.

● Ce que l'on risque en enfreignant ces règles

Pour un piéton, enfreindre une seule de ces règles constitue une infraction punie d'une amende de première classe. Traverser en dehors des passages cloutés, ou quand le feu piéton est rouge, justifie donc l'intervention d'un policier. Mais l'amende ne risque pas de ruiner le contrevenant, puisque le montant a été fixé par décret à quatre euros. L'opération de «répression» menée vendredi par la police stéphanoise relève donc plus de l'opération de communication visant à sermonner les «mauvais» piétons. Elle a d'ailleurs suscité de l'incrédulité. Elle «n'a pas toujours été bien reçue par les personnes au profit desquelles elle a été organisée, car leur mauvais comportement à l'origine de nombreux accidents est bien ancré dans les habitudes», a reconnu une source policière locale.

 

La rédaction vous conseille :

•Des radars encore plus nombreux cet été sur la route des vacances

•Rouler sur la bande d'arrêt d'urgence, c'est peut-être pour bientôt

•Sécurité routière: le lourd tribut des blessés

 

 (source LeFigaro.fr / Edouard de Mareschal)

 

Les commentaires sont fermés.