UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2014

NOTRE COMPORTEMENT S'AMELIORE SUR LES AUTOROUTES

 

auto   201010142156.jpg

 

Pour la troisième année consécutive, une étude détaille les comportements des usagers sur autoroute. Si certains continuent à dépasser allègrement les vitesses autorisées, la grande majorité respecte les règles, et l'usage du clignotant est de mieux en mieux respecté.

 

Sur autoroute, l'automobiliste respecte autant que l'an passé les distances de sécurité, oublie moins l'usage du clignotant et ne roule pas plus vite que les années précédentes. Tels sont les résultats d'une étude menée par Sanef, l'un des trois concessionnaires d'autoroute en France et qui, à l'occasion des grands départs, s'est penché, pour la troisième année consécutive, sur le comportement des usagers sur autoroute, ce réseau qui est cinq fois plus sûr que la route.

Pour ce travail d'observation, Sanef a passé au crible notre conduite durant une semaine sur un axe le plus neutre possible. «Afin que rien ne puisse polluer l'analyse», explique Pascal Contremoulins, responsable de la sécurité routière dans le groupe. Finalement, c'est un secteur sur l'A 13, du côté de Vernon, qui été retenu: un axe en ligne droite et dont l'utilisation par les poids lourds est conforme à la moyenne nationale.

Au moins 150.000 conducteurs observés

«On a aussi choisi la période de la fin mars, car il n'y pas de vacances, donc pas de trafic dense particulier», précise encore le monsieur sécurité de Sanef. Ensuite, par le biais de boucles de comptage insérées dans le sol et par observation en direct ou par vidéo, nos habitudes de conduite ont été passées au crible de quatre critères. Au total, 150.000 conducteurs ont été observés.

Gage de sécurité, les distances de sécurité sont autant respectées que l'an passé. «Il y a une confirmation des résultats et c'est une bonne chose», note Pascal Contremoulins. Ainsi et à l'instar de mars 2013, ils ne sont plus que 18 à 20 % à ne pas respecter cette règle, contre 30 % en 2012. Pour les services de Sanef, ce résultat encourageant, lié à une campagne de sensibilisation, doit s'améliorer car coller à la roue de l'automobiliste devant constitue un risque d'accident et de suraccident. Pour preuve, ce chiffre: 60 % des collisions sur autoroute impliquent plus de deux voitures.

Bonne nouvelle encore, l'usage du clignotant est mieux respecté. 59 % des conducteurs signalent leurs manœuvres de rabattement contre 39 % l'année précédente. Quant aux manœuvres de dépassement, le résultat est encore plus encourageant, 72 % indiquent désormais leur intention de doubler contre 67 % en 2013.

3% des automobilistes roulent à plus de 150 km/h

Quant à la vitesse, deuxième cause de mortalité sur autoroute derrière la somnolence, elle est constante depuis trois ans. En moyenne, l'automobiliste roule à 127km/h. Mais mystère des chiffres: l'ONISR (office national interministériel de la sécurité routière), qui a rendu public le bilan de l'accidentalité pour 2013 a, pour sa part, noté que l'an passé avait été marqué par une hausse des vitesses sur autoroute de 5km/h, ne dépassant pas en moyenne les 120,5 Km/h… Selon le concessionnaire autoroutier, trop d'automobilistes dépassent encore les limites autorisées. 3 % d'entre eux roulent à plus de 150km/h.

Soucieux de la sécurité de son personnel appelé à intervenir sur ses axes, Sanef s'est aussi penché sur nos comportements aux abords des zones de chantiers. Il en ressort un constat inquiétant: les changement de voies se font au dernier moment, les interdistances sont bien moins respectées et les vitesses sont souvent inadaptées. Ainsi, 37 % des véhicules ne respectent pas le 90 km/h imposé sur une deux voies passant à une voie. En 2013, un axe de trois voies passant à deux et limité à 110km/h avait été étudié. Il avait été noté que 75 % des usagers roulaient plus vite que la consigne indiquée.

Enfin dernier point analysé: la voie du milieu. Autant dire qu'elle va continuer à faire parler d'elle! Car il n'y a rien à faire, un véhicule sur trois continue à l'utiliser sans discontinuer au lieu de se rabattre sur la voie de droite. Déjà l'an passé, le résultat était identique.

La rédaction vous conseille :

 (Source LeFigaro.fr /Angélique Négroni)

Les commentaires sont fermés.