UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2014

COMMENT PROLONGER LES BIENFAITS DES VACANCES ?

P1160221.JPG

 

Sommeil, alimentation, activité physique : les points-clés à ne pas négliger pour garder la forme à la rentrée.

 

C'est la rentrée et, en quelques jours, toute la belle énergie accumulée pendant les vacances peut disparaître. Reposé, détendu, plein d'allant, le vacancier bénéficie d'un état de grâce physique et psychique souvent éphémère. Pour un Français sur trois, hélas, les bénéfices des congés s'estompent rapidement, confirme un sondage Ifop réalisé en 2013 pour les laboratoires UPSA ; en trois semaines à peine pour un sur quatre. Cette disparition de «l'effet» vacances a même été démontrée scientifiquement par une étude publiée en 2009 dans la revue spécialisée Journal of Occupation Health. Alors, comment faire pour garder la forme après la reprise du travail? Repartir aussitôt? Tentant, mais impossible… Reste quelques conseils d'hygiène de vie faciles à appliquer. Ils permettront de préserver son capital tonus jusqu'au prochain été.

• Trente minutes d'activité physique par jour

Vélo, natation, pétanque, mais aussi jardinage ou bricolage: l'été est une période bénie pour l'activité physique. Les spécialistes interrogés par Le Figaro conseillent de continuer sur cette lancée. «La rentrée, c'est le moment des bonnes résolutions. Ensuite, il faut transformer ces intentions en actes sur la durée. C'est pourquoi il est important de choisir une activité physique “plaisir”», souligne le Dr Gilbert Peres, médecin du sport. Pour l'Organisation mondiale de la santé, il s'agit de pratiquer une activité physique modérée de 30 minutes par jour. Or, 42 % des Français n'atteindraient pas ce seuil, selon un sondage datant de 2013 pour la Fédération mondiale du cœur. Une sédentarité qui fait le lit du surpoids, de l'hypertension artérielle, des déséquilibres lipidiques ou du diabète. «Le manque d'activité physique pèse autant en terme de mortalité et de morbidité que le tabac», rappelle le Pr Jean-François Toussaint, directeur de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport (Irmes). Le manque de temps est la raison la plus souvent évoquée pour expliquer cette inactivité. «Il est pourtant possible, dans notre quotidien, de trouver une quantité d'activités physiques à pratiquer», souligne Jean-François Toussaint. Prendre les escaliers plutôt que les escalators, descendre une station de bus ou de métro avant notre destination, troquer la voiture pour le vélo… «Et même devant la télé il est possible de bouger. Il suffit d'installer un vélo d'appartement ou un step», conseille le Dr Gilbert Peres.

• Ne pas trop rogner sur son sommeil

 

Réveil éteint, grasses matinées, siestes… les vacances sont le royaume du sommeil retrouvé. «C'est une période où chaque individu est proche de son rythme biologique naturel. Ce qui n'est pas toujours possible dans la vie ordinaire», explique le Pr Xavier Drouot, responsable du centre de diagnostic et de traitement des pathologies du sommeil. Entre nos obligations professionnelles, sociales et familiales, nous avons tendance à rogner sur notre nuit. Un manque de sommeil dont les répercussions sur la santé sont désormais connues. «Ces privations comportementales de sommeil entraînent une augmentation de l'appétit, favorisent le diabète et l'hypertension et perturbent le système immunitaire», explique le Pr Drouot. Le spécialiste se veut cependant rassurant: écourter ses nuits pendant quelques jours ou semaines en raison de gros dossiers à boucler ou d'examens sera sans conséquences à long terme… «C'est vrai qu'il est difficile de conserver notre rythme de sommeil en dehors des vacances. Mais au-delà de 2 heures de sommeil en moins par rapport à notre besoin naturel, nous nous mettons en danger», estime le Dr Sylvie Royan-Parola, spécialiste du sommeil. Pour maintenir notre horloge interne en bon état de marche, elle conseille vivement de s'exposer à la lumière du jour quotidiennement. «Pour cela, il suffit de passer 20 minutes par jour en plein air, plutôt le matin ou vers midi», précise-t-elle.

• Manger équilibré

Près de la moitié des Français reconnaissent trop manger pendant l'été. «Mais c'est aussi la période où les fruits et légumes sont les meilleurs, où nous prenons le temps de faire les marchés, de cuisiner. Des pratiques à conserver», souligne le Dr Pascale Modai, nutritionniste à Paris. L'objectif étant d'augmenter la consommation de fruits et légumes tout au long de l'année et de limiter la consommation des graisses saturées. «Globalement, l'été nous consommons moins de sel et de sucres et plus de fruits et légumes. Il est important de garder ces bonnes habitudes. Mais il est tout aussi important de conserver un bon sommeil. Une dette de sommeil va entraîner une augmentation des taux de ghréline, une hormone qui déclenche des pulsions de faim», insiste le Dr Laurent Chevallier, nutritionniste à Montpellier.

• Déconnecter

La coupure avec l'activité professionnelle fait un bien fou. «Elle permet d'être plus productifs lorsque nous rentrons. C'est pourquoi, au cours de l'année, il faut conserver des moments de déconnexion de la vie professionnelle, sans culpabiliser», souligne le Pr Michel Lejoyeux, psychiatre à l'hôpital Bichat à Paris. Pour ce spécialiste, la rentrée est aussi le moment de remplir un agenda privé. «Dans cet agenda, nous notons nos rendez-vous avec les personnes que nous aimons, même si nous les voyons tous les jours. Noter ces moments d'intimité les rend visibles et nous oblige à nous rendre disponibles», conseille Michel Lejoyeux.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Les 50-65 ans veulent rester jeunes 

De nouvelles activités pour garder la forme 

Comment apaiser corps et esprit le soir au coucher 

 

  • (source LeFigaro.fr / Par Anne Prigent)

Les commentaires sont fermés.