UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2014

SANTÉ - SURVEILLANCE DE LA GRIPPE : LE RESEAU DES GROG FERME SES PORTES

 

rhume-grippe-angine-remede-naturel.jpg

Le réseau des Grog, qui surveillait chaque année l'épidémie de grippe au côté de Sentinelles, a cessé ses activités faute d'avoir trouvé une organisation avec l'Institut de veille sanitaire.

 

Depuis trente ans, ils surveillaient l'avancée en France de la grippe. D'octobre à avril, les «vigies» du réseau des Grog (groupes régionaux d'observation de la grippe) recensaient l'incidence des syndromes grippaux. Ils réalisaient également des prélèvements rhino-pharyngés permettant de mieux connaître les virus en circulation de la grippe, et autres virus hivernaux comme celui de la bronchiolite.

Constitué de médecins, de virologues et de pharmaciens, les Grog ne sont plus. «L'Institut de Veille Sanitaire, dans le souci de reconstruire le schéma de la veille épidémiologique de la grippe en France avec une meilleure synergie des moyens humains et financiers a souhaité ne financer désormais qu'un réseau unique», indiquent les Grog dans un communiqué.

Réunis en assemblée générale, les membres du réseau ont refusé l'organisation proposée, entraînant «l'arrêt du financement apporté par l'InVS (354.725 € en 2013, soit 62 % du budget total)». L'association n'a pas été dissoute, mais elle a licencié le personnel chargé de la coordination. «Le réseau des GROG est donc, à ce jour, dans l'incapacité de reprendre son activité de surveillance», conclue le communiqué.

Sous la houlette de Sentinelles

L'InVs souhaitait continuer à faire travailler les médecins du réseau, mais sous la houlette du réseau Sentinelles. Ce dernier, constitué de médecins libéraux et piloté par l'Inserm et l'Université Pierre et Marie Curie, dresse des bases de données à partir de la description des cas vus en consultation. Il ne se consacre pas uniquement à la grippe mais surveille également les cas de diarrhées aiguës, maladie de Lyme, oreillons, urétrite masculine, varicelles, et zona, ainsi que les actes suicidaires.

Sentinelles en revanche ne réalise pas de prélèvements virologiques et ne permet donc pas de surveiller l'évolution du virus de la grippe tout au long de l'hiver, comme le faisaient les Grog. Le Dr Emmanuel Debost, président national des Grog, était lui-même favorable à la poursuite de la collaboration avec Sentinelles. Mais «les membres du Grog ne se sont malheureusement pas reconnus dans le nouveau projet mis en place par l'InVs», a-t-il déclaré dans Le Quotidien du Médecin.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

La grippe en détails

Beaucoup de grippes sans symptômes

AVIS D'EXPERTS - Grippe: comment détecte-t-on l'arrivée d'une épidémie?

Quand Internet révèle les épidémies

 

Les commentaires sont fermés.