UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2014

CONSOMMATION : CHAQUE FRANÇAIS JETTE 20 KILOS DE NOURRITURE PAR AN

 

POUB 2013010850eb9c0c74fd0-0-710067.jpg

Le gouvernement se mobilise pour réduire de moitié le gaspillage alimentaire dans l'Hexagone d'ici 2025. Il met en place un plan national de l'Alimentation.

 

Ce mercredi matin, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a présenté en conseil des ministres un plan d'action national de l'Alimentation. Articulés autour de 4 axes prioritaires (justice sociale, éducation, lutte contre le gaspillage et ancrage territorial), ce plan vise à assurer une alimentation suffisante pour tous les Français, tout en améliorant la qualité des produits, de préférence locaux, et en réduisant le gaspillage. Chaque année, 1,2 million de tonnes de nourriture sont jetées en France. «Cela représente dans la consommation des ménages 20 kilos de déchets alimentaires par an et par personne, dont 7 kilos non consommés encore emballés, rappelle Stéphane Le Foll. En réduisant le gaspillage, on améliore aussi le pouvoir d'achat des Français».

Dans le même temps 3,5 millions de personnes ont recours à l'aide alimentaire de façon ponctuelle ou régulière dans l'Hexagone. Aussi le gouvernement souhaite poursuivre la mobilisation des tous les acteurs de la chaîne alimentaire depuis l'amont agricole, par les dons de produits en surplus comme les fruits et légumes pour les associations caritatives jusqu'aux consommateurs et la grande distribution. Il appuie et soutient toutes les initiatives. Son objectif est de réduire de moitié le gaspillage en France d'ici 2025.

Intermarché va vendre des fruits et légumes… moches

Parmi les événements à venir, jeudi 16 octobre sera la journée mondiale de l'alimentation et de lutte contre le gaspillage alimentaire. Les initiatives se multiplient déjà en vue de cette échéance. Mardi soir sur M6, cinq grands chefs ont organisé un banquet géant avec des aliments destinés à la poubelle. Ils ont pu servir 7.800 repas. Un exemple qui peut être dupliqué dans chaque cuisine des foyers français. Pour sa part, Intermarché va réitérer son opération de vente de fruits et légumes moches, tout autant comestibles que les autres. Monoprix le fait déjà… De son côté, le syndicat des restaurateurs et hôteliers, l'Umih veut renouveler l'expérience peu ancrée encore en France du «doggy bag». Au pays du repas des gastronomes, il est d'ailleurs appelé «gourmet bag». Il permet de repartir à la maison avec les restes de son assiette et pourquoi pas aussi de la bouteille pas tout à fait vide.

«Améliorer la qualité des produits permet aussi de réduire le gaspillage», souligne Stéphane Le Foll, qui veut que les 10 millions de repas servis par jour dans la restauration collective contiennent au minimum 40 % d'aliments bio, labellisés ou venant du terroir. «Il faut éviter que la seule logique du prix l'emporte et entraîne une baisse de qualité, Il faut promouvoir d'autres valeurs auprès des acheteurs en particulier les produits locaux et ancrés dans le terroir», conclue le ministre.La rédaction vous conseille :

 

(source LeFigaro.fr / Eric de La Chesnais

Les commentaires sont fermés.