UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2014

ORDONNANCE : LES MEDECINS ONT LA MAIN PLUS LOURDE LE SOIR

 

nouvelle-carte-vitale.jpeg

Les médecins prescrivent plus facilement des antibiotiques à mesure qu'avance leur journée de rendez-vous.

 

Le message est désormais connu des médecins de ville comme du grand public: de nombreuses pathologies courantes ne nécessitent pas d'antibiotiques. Pourtant, vous avez plus de chances deles trouver sur votre ordonnance si votre rendez-vous médical a lieu en fin de journée. En effet, à en croire une étude publiée sur le site du JAMA Internal Medicine , les médecins ont davantage tendance à prescrire des antibiotiques de façon inappropriée à mesure que leur journée de consultations avance.

«Les médecins prennent de nombreuses décisions de soins pour les patients chaque jour. La demande cognitive cumulative de ces décisions peut éroder leur capacité à résister aux choix potentiellement inappropriés. Cette érosion de la maîtrise de soi après des prises de décisions répétées est qualifiée de fatigue décisionnelle par les psychologues, expliquent les auteurs. Ce phénomène a été démontré chez des professionnels non médicaux: on constate ainsi une détérioration de la qualité des décisions chez les juges après une session de prises de décision».

La prescription d'antibiotiques dans les infections respiratoires aigües étant très souvent inappropriée, l'équipe de Jeffrey Linder du Brigham and Women's Hospital de Boston a émis l'hypothèse que la fatigue décisionnelle augmenterait la probabilité de prescription d'antibiotiques. Ils ont analysé les données de facturations et les dossiers médicaux de patients de 23 cliniques de soins primaires durant 17 mois et étudié plus de 21.000 visites pour des infections respiratoires aiguës ayant eu lieu au cours de deux sessions de consultation de 4 heures: de 8 heures à midi, et de 13 heures à 17 heures.

Gérer l'incertitude

Résultat: la prescription d'antibiotiques augmentait progressivement au cours des sessions du matin et de l'après-midi. En fin de session, les médecins prescrivaient des antibiotiques à davantage de patients (+ 5% environ) qu'au début. «Le degré d'incertitude diagnostic est une cause majeure de prescription d'antibiotiques. Or, cette incertitude est toujours plus difficile à gérer lorsque l'on est fatigué», analyse le docteur Robert Cohen, infectiologue au centre hospitalier de Créteil. Et il est rare qu'à la fin d'un examen clinique, un médecin généraliste ait une certitude diagnostique: certaines études indiquent que, toutes maladies confondues, elle est présente dans 30% des cas, pas plus….

C'est dire si, la fatigue aidant, il peut être rassurant de prescrire des antibiotiques par peur d'éventuelles complications. «Notamment en fin de journée, avec la nuit qui s'annonce», souligne le docteur Robert Cohen. Mais si cette inquiétude est légitime, elle entraîne une sur-perscription d'antibiotiques qui n'est pas sans conséquences. Aujourd'hui plus que jamais, les spécialistes s'inquiètent du développement des résistances. «Sur les dix dernières années, de plus en plus de traitements instaurés en ville nécessitent une deuxième prescriptions d'antibiotiques. Même si cela reste à prouver, les auteurs de cette étude publiée fin septembre dans le British Medical Journal estiment que cela signe une augmentation des résistances», affirme Robert Cohen.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Maladies bactériennes: quel avenir pour les antibiotiques? 

Comment les microbes envahissent nos lieux de vie 

Un essai pour vendre les antibiotiques à l'unité 

 

  • (source LeFigaro.fr / Par Anne Prigent)

Les commentaires sont fermés.