UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2014

" MERCI POUR CE MOMENT " : LES CONFESSIONS DE L'EDITEUR DE VALERIE TRIERWEILLER

 

beccaria_12_dion.jpg

Face au succès du livre de l'ex-première dame, Laurent Beccaria, resté très discret jusque-là, a levé le voile sur les coulisses de cette bombe politico-littéraire et fait le point sur l'accueil de cet ouvrage.

 

Laurent Beccaria fait le point. Après le raz-de-marée médiatique de la sortie de Merci pour ce moment, de Valérie Trierweiler, l'éditeur de la maison Les Arènes a pris le temps de s'expliquer sur la genèse et les retombées de cet ouvrage, lâché telle une bombe, par surprise, pour déstabiliser le pouvoir et plus particulièrement François Hollande, visé par son ex-compagne.

Ils étaient nombreux à s'être étonnés que Laurent Beccaria publie ce livre. Celui qui passe pour un «éditeur humaniste» en publiant la revue XXI, comme le mentionne L'Express dans son entretien, n'aurait-il pas brouillé son image? «J'assume ce livre, rétorque-t-il à l'hebdomadaire, parce qu'il est d'une sincérité absolue.» Finalement, il a seulement reçu «une trentaine de lettres d'injures anonymes et cinq désabonnements à XXI, contre une avalanche d'emails de soutien à l'auteur». Il balaie également d'une main «la prétendue “fronde des libraires”», «bidon», et affirme qu' «aucun auteur n'a quitté la maison [...] seulement un ou deux [...] ont demandé des explications».

Laurent Beccaria semble donc ravi de ce «phénomène» de librairie: «Nous avons dépassé les 600.000 exemplaires vendus en deux mois.» Merci pour ce moment a également été n°1 des ventes en Suisse et en Belgique. Sans compter les lecteurs «pirates», via des plates-formes sur Internet et l'envoi d'un fichier par courriel, «soutenu par des mouvances très actives, comme la Manif pour tous ou le Front de gauche». Soit près de 475.000 lecteurs supplémentaires. En additionnant ce nombre aux «vrais acheteurs», «vous arrivez au chiffre impressionnant de 2 millions de lecteurs... C'est un fait politique», affirme l'éditeur.

Secret défense pour révéler des secrets sur la voie publique

Merci pour ce moment, un fait politique et bien plus. Laurent Beccaria rappelle comment la parution du livre s'est organisée en secret. De la rédaction sur un ordinateur non connecté à Internet, qui ne sert qu'à écrire des livres, à l'envoi, tous les dix jours, d'un nouveau chapitre via clé USB, jusqu'à l'impression, fin août, de l'ouvrage dans une imprimerie allemande de Leipzig connue pour s'être occupée des impressions ultrasecrètes de Harry Potter.

Une mise en œuvre très confidentielle pour que l'ex-première dame révèle les secrets de sa relation avec le président de la République. Merci pour ce moment est taxé de voyeurisme, mais Laurent Beccaria renvoie le terme à d'autres, notamment aux médias. «Le voyeur, c'est toujours l'autre. Certains journaux qui se sont bouché le nez passent leur temps à publier des “bonnes feuilles” de livres de leurs journalistes qui explorent les frontières désormais si ténues entre politique et vie privée», assène l'éditeur, qui rappelle le mauvais accueil qu'a réservé la presse à ce pamphlet.

«David Pujadas a expliqué au 20 Heures qu'il n'évoquerait pas ce livre, Laurent Ruquier tape dessus à chaque émission. Franz-Olivier Giesbert, Olivier Mazerolle et Michel Onfray ont été abjects de misogynie. Les éditorialistes ont fait corps avec le pouvoir comme une caste arrogante, qui ne souhaite pas que l'on regarde ce qui se passe dans son entre-soi. Leur violence a favorisé le succès de ce livre. Les lecteurs ont voulu se faire leur propre idée. C'est l'arroseur arrosé.» semble-t-il se réjouir.

Merci pour ce moment, «une histoire tellement française»

Laurent Beccaria réaffirme sa sympathie pour Valérie Trierweiler. «Ce que j'aime chez elle: elle dit les choses.» Ainsi, pour lui, Merci pour ce moment raconte une «histoire tellement française»: «Il y est question d'une ascension sociale, d'une humiliation publique, de la comédie et du désarroi du pouvoir actuel.» Et l'ouvrage permet également de «percer le “mystère Hollande”, ce président insaisissable».

L'ex-première dame aurait-elle d'ailleurs encore d'autre chose à révéler? Laurent Beccaria reste évasif quand on l'interroge sur une éventuelle suite. Pas de deuxième tome prévu «mais, qui sait, il n'est pas impossible que Valérie Trierweiler souhaite ajouter quelques pages à l'édition de poche, avant l'été. Rien n'est décidé.» En attendant, Merci pour ce moment a été acheté par onze pays. Les droits d'auteur «dans la fourchette haute, sans être hors norme», rappelle Laurent Beccaria, lui auraient déjà permis de percevoir autour de 1,7 million d'euros.

Un succès auquel Valérie Trierweiler semble avoir pris goût. La journaliste se consacre aujourd'hui à un autre livre. Moins polémique, personnel ou politique, celui-ci sera... «historique».

 

La rédaction vous conseille :

(source LeFigaro.fr / Mathilde Doiezie)

Les commentaires sont fermés.