UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2014

ROUTES : VERS UN RALENTISSEMENT DU PROGRAMME DE MODERNISATION DES RADARS ?

 

RADAR 6a010536ea601a970c017c3168cb6f970b-320wi.jpg

En cette période budgétaire difficile, l'État cherche à faire des économies dans tous les domaines. Le sénateur UDI Vincent Delahaye propose de ralentir le programme de modernisation des radars. Le texte, retenu par la commission des finances du Sénat, sera examiné le 28 novembre prochain.

 

Le programme de modernisation des radars sur les routes va t-il connaître un ralentissement? Dans le souci de trouver des économies, le sénateur UDI, Vincent Delahaye, vient en effet, de proposer un amendement allant dans ce sens. Ce texte qui a été retenu par la commission des finances devrait être examiné le 28 novembre prochain.

Ainsi, l'élu propose de diviser par deux le nombre de radars existants remplacés par des radars «vitesses moyennes» (NDLR radar tronçon) et «chantiers», dont les coûts d'installation mais aussi de fonctionnement sont, dit-il, «les plus élevés». «Le nombre de radars existant aujourd'hui serait inchangé, mais en ne procédant pas à ces remplacements, les crédits du programme «radars» seraient ainsi diminués de 7,35 millions d'euros, en n'installant que 20 radars «vitesses moyennes» au lieu de 40 et 20 radars «chantiers» au lieu de 43», est t-il écrit dans un communiqué.

Par ailleurs, le parlementaire suggère aussi de supprimer «l'obligation coûteuse et inutile», selon lui, d'envoyer des lettres simples (17 millions de lettres en 2014) à l'occasion du retrait ou de la restitution de points sur le permis de conduire. «Le retrait de points est en effet déjà indiqué sur l'avis de contravention», est-il écrit en signalant par ailleurs que les automobilistes peuventconsulter le solde de leurs points sur Internet ou en préfecture. Selon, Vincent Delahaye, l'économie réalisée serait de 15,7 millions d'euros.

Le sénateur UDI suggère aussi de diminuer de 15 millions d'euros la subvention versée à l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI). 

 

(Source LeFigaro/ Angélique Négroni)

Les commentaires sont fermés.