UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2014

LES FRANÇAIS , PAS TRES FIERS DE LEUR PAYS

 

  

 

 planisphere_monde_nom_pays_anglais (1).gif

 

 

 

 

Selon une enquête de l'Institut CSA, un individu sur quatre déclare qu'il ne vivrait pas en France s'il avait le choix.

 

Les Français ont une piètre vision de la France. Seuls 59% des Français ont une image positive de la France, loin derrière celle qu'ils ont de la Suède (89%), de l'Allemagne (78%), à un moindre degré du Royaume-Uni (67%) et des États-Unis (64%), selon une enquête de l'Institut CSA, réalisée auprès de plus de 2000 personnes. Elle mesure le pessimisme des Français sur la situation de leur pays. D'ailleurs, 26% vivrait ailleurs s'il le pouvait. C'est surtout la situation économique qui les déprime. 88% attendent des changements dans la gestion des finances publiques, 82% pour la fiscalité et le développement économique. Lorsqu'on demande aux personnes sondées, sans leur soumettre une liste de réponses possibles, ce qu'il faudrait changer en priorité, ce sont les instances et le personnel politiques qui viennent en tête (25%).

En Europe, les Français sont d'ailleurs les plus pessimistes sur leur avenir financier alors que dans le monde, seuls les Japonais sont plus déprimés. La crise financière les a appauvri, voyant leur niveau de vie baisser depuis 2012, d'après une étude de l'Insee. Pourtant, toujours selon l'organisme, la situation à l'étranger n'apparaît pas plus favorable. Comparée à d'autres pays, la France est un pays qui offre un niveau de vie appréciable et relativement homogène selon ses régions, alors que les écarts sont criants aux Etats-Unis et au Canada, pays pour lesquels les Français ont une image bien plus positive.

• Les jeunes Français, premiers expatriés

L'attrait du changement se joignant à la peur de l'avenir, ce sont les jeunes, également les plus touchés par la pauvreté, qui sont les plus enclins à prendre le large pour la Nouvelle-Zélande ou la Chine. A ces pays, où la liberté d'entreprendre leur apparaît plus grande, ils y opposent la morosité de l'hexagone. Là-bas, tout semble possible, les salaires y sont plus intéressants et les évolutions de carrière plus rapides, donc l'avenir meilleur, selon les sondés. Dernièrement, c'est le Moyent-Orient qui attire de plus en plus les jeunes pour des possibilités de carrière plus élargies ainsi que des revenus plus conséquents, selon une étude de HSBC.

Toujours est-il qu'il faut être diplomé pour partir. Car si l'expatriation des Français augmente depuis dix ans, elle concerne davantage les profils qualifiés comme les ingénieurs et les scientifiques possédant un master ou un doctorat.

• La France, plébiscitée pour sa qualité de vie

Paradoxalement, le sondage de l'Institut CSA indique que les Français continuent de louer les fondamentaux de leur pays puisqu'ils restent fortement attachés à un État interventionniste (78%) et décentralisé (56%) où les entreprises publiques contrôlent des secteurs clés de l'économie du pays. Un modèle spécifique qui fait la réputation de la France et la classe dans le groupe de tête des pays où les étrangers en recherche d'une meilleure qualité de vie souhaitent s'installer durablement. À l'extérieur, la France séduit notamment par son climat, sa culture et son système de santé et éducatif «peu coûteux».

  • La rédaction vous conseille :

 

 

(source LeFigaro.fr /Simon Blin)

Les commentaires sont fermés.