UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2015

ASSURANCE AUTO - HABITATION : LES COTISATIONS VONT AUGMENTER

 

assurance-auto.jpg

En automobile et habitation, les compagnies doivent redresser leurs niveaux de marges après une hausse du nombre de sinistres en 2014.

 

Les cotisations d'assurance automobile et habitation vont continuer à augmenter en 2015. Les compagnies devraient en effet répercuter sur leurs clients les conditions plus difficiles de marché constatées l'année dernière. En automobile, les indemnités versées par les assureurs en 2014 ont augmenté de 8 %, à 14,2 milliards d'euros. L'indemnité moyenne attribuée à un accidenté atteint désormais 1 580 euros, contre 1 450 euros un an plus tôt. Cette inflation s'explique par l'augmentation de la fréquence des dommages corporels, avec notamment une hausse de 3 % du nombre de blessés hospitalisés en un an.

«Il y a un effet lié au climat, quand l'hiver est doux, il y a plus de circulation et notamment les deux-roues sortent plus. Or, les deux-roues concentrent plus d'accidents corporels: ils représentent 10 % du parc et 25 % des tués», a expliqué Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA). Les deux-roues comptent aussi pour environ la moitié du contingent des blessés. Au-delà de la météo, l'usage plus fréquent du mobile au volant serait encore responsable de cette vague d'accidents.

Entrée en vigueur de la loi Hamon

En assurance habitation, les compagnies ont été marquées par la charge des événements climatiques. Très nombreuses tout au long de l'année (tempêtes de grêle, orages cévenols, inondations…), ces intempéries ont coûté en 2014 2,2 milliards d'euros aux assureurs contre une moyenne annuelle de 1,5 milliard d'euros pour ces deux dernières décennies.

En automobile, comme en habitation, les compagnies s'apprêtent donc à augmenter leurs tarifs. La majorité d'entre elles ont déjà annoncé à la fin de l'année dernière leur politique commerciale pour 2015. En automobile, les hausses tourneront en moyenne autour de 2 %, même si trois grandes mutuelles du secteur - la Maaf, la Maif et la Matmut - ont joué l'effet d'annonce en promettant un gel de leurs tarifs. En habitation, l'augmentation sera un peu plus importante, en moyenne autour de 3,5 %.

Ces hausses ont été pesées avec soin. Suite à l'entrée en vigueur, le 1er janvier, de la loi Hamon sur la consommation, les particuliers pourront plus facilement changer d'assureur. Les compagnies promettent que cette nouvelle contrainte provoquera à terme une hausse de leurs charges et donc in fine de leurs primes. Cette première année d'application de la loi, les établissements étudieront surtout de près les comportements de leurs clients.

En automobile et en habitation, les assureurs ne peuvent pas se laisser entraîner dans une guerre des prix. Selon les données de l'Association française de l'assurance (AFA), qui regroupe la FFSA et le Groupement des entreprises mutuelles d'assurances (Gema), les compagnies d'assurances affichent en effet des ratios combinés (le rapport de la somme des frais de gestion et du coût des sinistres sur le total des primes encaissées) très fragiles en assurance auto et habitation, car largement supérieurs à 100 %. «Si cette tendance se poursuit sur le long terme, il est clair que les tarifs vont devoir s'ajuster», a affirmé Stéphane Pénet, le directeur assurances dommages de la FFSA.

(source LeFigaro.fr / Anne de Guigné)

Les commentaires sont fermés.