UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2015

SOCIÉTÉ : SOMMES-NOUS ENCORE JUGÉS SUR NOTRE ACCENT ?

image.jpg

 

 

Comme Julien Doré, vous avez gommé votre accent en « montant à la capitale ». Comme Victoria et David Beckham, vous avez dit cheerio (traduisez « tchao ») à vos intonations campagnardes en espérant percer dans le showbiz. Pourquoi ? Parce que, au-delà de vous géolocaliser, votre accent pourrait dévoiler vos origines sociales, boudiou !

Vous faites partie de ces personnes qui ont peur d’attraper l’accent marseillais en regardant Plus belle la vie, mais qui ne se lassent pas de faire répéter le mot « agenda » à la stagiaire niçoise. Comme la plupart des Français dits « parisiens », en vous moquant gentiment de vos amis provinciaux, vous participez activement à la condamnation de leurs accents régionaux. Et ça, c'est mal.


« Derrière chaque accent, il y a cette idée que l’on peut reconnaître d’où vient l’individu qui parle : de quelle région bien sûr, mais aussi de quel milieu social, commence Philippe Boula de Mareüil, directeur de recherche en linguistique au CNRS. Quelqu’un qui n’a pas d’accent échappera aux moqueries voire à la stigmatisation. » Quelqu’un qui dit « quat’ », « avé » ou « déhors » n’aura, évidemment, pas les mêmes chances de s’en sortir vivant.

« Les grands médias ont depuis longtemps aboli les frontières géographiques et sociales, poursuit notre linguiste. Basés principalement à Paris, ils ont diffusé une certaine prononciation qui est devenue banale. L’accent parisien est devenu la norme, qu’on le veuille ou non. » Ne faites pas les malins, on s'effaroucherait tous devant le JT si le présentateur avait l'accent marseillais. « Jean-Michel Apatie fait d’ailleurs figure d’exception dans les médias politiques », ajoute Médéric Gasquet-Cyrus, linguiste à l’université d’Aix-Marseille, accessoirement auteur du Marseillais pour les Nuls (Éd. First). « Je n'ai jamais cherché à corriger ou à accentuer mon accent, affirmait le principal intéressé à L'Express, en 2009. Je mets mon énergie exclusivement dans le travail. » Il se souvenait d'ailleurs avoir reçu certains compliments (« on voit que vous n'appartenez pas aux petits cercles parisiens, on peut vous faire confiance ») parmi les innombrables critiques ( « vous me faites penser à Fernandel. On ne peut pas vous prendre au sérieux »).

« L’accent méridional est parfois toléré, instruit notre sociolinguiste, mais presque exclusivement chez les journalistes sportifs et les critiques gastronomiques. » Autrement dit, dès que l’on veut être pris au sérieux, il faut employer l’accent « normé ». N’insistez pas : Maïté n’aurait jamais percé dans Mots croisés.
 

L’ambiguïté de l’accent du Sud ( Fernandel par exemple ;) 

Là-dessus, une étude* vient révéler que le Toulousain a l’accent le plus sexy de France. Et on est perdu. « C’est toute l’ambiguïté des accents du Sud, explique le linguiste marseillais. Ils sont très souvent associés aux vacances, au soleil, à la bonne humeur. Et comme tout ce qui est assimilé au farniente, ils peuvent vite être perçus comme légers, voire pas sérieux. » Au point d’être stigmatisés dans certains milieux professionnels. Tout particulièrement dans ceux de la justice et de la comédie. « On sait que pour certains concours, et notamment pendant les oraux de l’agrégation, on est souvent prié de masquer son accent. » On sait aussi que les personnes dotées d'un accent « à couper au couteau », sans être condamnées à l'embauche, sont victimes de remarques permanentes de la part de leurs collègues de bureau, dont on fait bien sûr partie. « Au final, la prise de parole peut devenir gênante et cela peut jouer sur les possibilités d’évolution », met en garde Médéric Gasquet-Cyrus.

Reste que les accents du Sud sont un don du ciel à côté de ceux… du Noooord. Les accents les plus lourds à porter en Métropole, et ce pour tous les spécialistes en la matière. « Je ne connais pas de grand patron qui oserait revendiquer un accent picard ou ch'ti, tranche Philippe Boula de Mareüil. Le Nord évoque le monde ouvrier, la sidérurgie, le chômage, la misère… Même les Ch'tis, pour la plupart, trouvent leur accent moche. » Plein de bonnes intentions, le film de Dany Boon Bienvenue chez les Ch'tis (2008) n'a, malgré lui, rien arrangé. « Ban non, hein ! »

La diffusion de l’accent de banlieue

Dans un autre registre, un accent a doucement émergé dans les années 1980. L’accent dit « de banlieue ». « Un héritage des loubards des années 1970, hérité lui-même des faubourgs parisiens, décrypte Médéric Gasquet-Cyrus. Aujourd’hui, l’accent de banlieue transparaît dans les voix du rap, notamment. » Pas question, pour autant, de faire quelque amalgame que ce soit avec l’immigration. Derrière ce terme, ce sont les jeunes en général qui sont visés. « Aujourd’hui, on voit des ados qui n’ont pas le profil banlieue, et/ou qui ne viennent pas de milieux sociaux difficiles, mais affichent fièrement cet accent, renchérit le linguiste. L’accent de banlieue est devenu un parler jeune, et même branché. » « Bandjit », « il est partchi »… Quoi ? Vous ne dites pas « Ouech grosse, tchi as vu "Les Chtis à Mykonos" ? »…

« L’accent de banlieue est cependant très handicapant dans la vie professionnelle, nuance Philippe Boula de Mareüil. On sait aujourd’hui qu’il existe des centres de coaching pour le gommer chez certains jeunes en recherche d’emploi. »

Vous avez bien compris : l’accent peut être sympathique, convivial, tendance, sexy et même branché. Mais hélas, pas crédible. Résultat ? En milieu professionnel hostile, vous miserez sur l’autocensure, pour des questions de survie. Votre accent picard, méridional, alsacien, banlieusard, Marie-Chantal… que, de toute manière, vous ne perdrez jamais ? Faites en sorte de le garder pour l’entre-soi. Dans ces moments où il est (encore) bon de justifier son appartenance.  

*réalisée par le site de rencontres Parship.fr, sur 1004 Français.

À lire aussi

En France, les riches se marient de plus en plus entre eux
Pourquoi les Américaines n'ont pas de look
TOF : Troubles obsessionnels sur Facebook

( source LeFigaro.fr /Marion Galy-Ramounot ) 

Les commentaires sont fermés.